A savoir pour bien aborder 2017 … 1ère Partie

Voici une nouvelle année qui sera mouvementée avec de nombreux changements politiques et économiques en perspective. J’aimerais pousser quelques coups de gueules et cris du cœur pour “mieux” aborder vos nombreux partages, “likes”, et autres, des prochains mois.

Déjà, il serait judicieux de ne plus confondre Protectionnisme et Soutien à l’emploi national. De Trump au Brexit, en passant par les candidats à la Présidence Française ou les extrêmes Suisses, il y a une différence entre le premier qui illustre le repli sur soi et le second le bon sens. Surtaxer les échanges est négatif, là où privilégier la production nationale quand elle existe, est fondamental. L’Etat pourrait accorder des baisses de charges et le consommateur recevrait des récompenses, matérielles ou non, et surtout de l’information sur son impact. Une dépense locale reste à plus de 70% dans l’économie régionale, bénéficie à la communauté et à l’emploi en engendrant environ trois fois plus de richesse sur le territoire, tout en évitant sa désertification. Aussi le local peut ne pas être national et participer à l’installation de «savoir-faire» externe dans une région. 

Ne plus confondre Développement Durable et Durabilité.  Comme l’explique Dominique Bourg*, le premier est voué à l’échec car il n’y a pas eu de découplage entre une croissance qui souhaiterait préserver l’environnement (rapport Brundtland 1987) et la consommation de ressources naturelles. «Depuis les années 2000, comme vient de l’établir un récent rapport de l’ONU (UNEP, Global Material Flows and Resource Productivity, juillet 2016), la consommation mondiale de ressources (matières premières extraites) croît plus vite que le PIB. Penser Durabilité vise alors à maintenir autant que possible l’intégrité du capital naturel, et au premier chef les grands mécanismes régulateurs du système Terre». Ainsi cela nous mène à repenser l’économie en amont et à ne plus confondre Bonheur et Consommation ou PIB et Bien être.

Ne plus confondre Revenu de Base Inconditionnel et Assistanat. Dans le débat politique, il y a une confusion sur la forme et sur le fond. Verser un revenu à tous permet d’offrir le filet social nécessaire aux réformes structurelles qui doivent prendre en compte une croissance qui s’essouffle et qui n’a plus sa place sur une Terre dont les ressources naturelles sont pillées. C’est harmoniser Benoit Hamon avec François Fillon. C’est ne plus opposer capitalisme avec social, sociétal avec entreprise, libéralisme avec sécurité. Mais le RBI devrait être versé en monnaie complémentaire et pour payer uniquement des dépenses vitales comme la nourriture et le logement. Il doit être contraignant dans sa dépense, et disparaître s’il n’est pas utilisé rapidement. Il est un premier pas pour ne pas confondre l’activité qu’on souhaite avec le travail qu’on subit.

Ne plus confondre Investissement et Spéculation. L’un apporte des capitaux à des solutions et à des entreprises qui préparent l’avenir, l’autre recherche un profit à court terme. Justement sur les marchés financiers l’exception est devenue la règle et trop souvent des algorithmes font les apprentis sorciers avec notre futur, jouant sur le prix de tout et la valeur de rien. De même pour les gouvernements, il faut comprendre la différence entre les dépenses d’avenir qui préparent un pays et l’emballement des dépenses de fonctionnement qui plombent l’économie sous le poids d’une dette apocalyptique. Aussi ne plus confondre Prise de Risque et Taux d’intérêt : le principe de la dette indexée ou Royalties, comme je l’explique souvent, change cette approche grâce à l’esprit de l’Impact Investing et de la finance durable.

Ne plus opposer le Végétal et l’Animal (dont l’homme fait partie). C’est le Yin et le Yang, l’un respire de l’oxygène et expire du dioxyde de carbone. L’autre l’inverse. L’un a de l’hémoglobine et l’autre de la chlorophylle avec les mêmes fonctionnalités. Les deux ont un écosystème interdépendant qui communique. La technologie ne remplacera pas le végétal. Cependant l’un illustre l’autotrophie et l’autre l’hétérotrophie (l’un tire de lui-même ses ressources et l’autre les prend à l’extérieur). Je trouve l’équation 6CO2+12H20-> C6H12O6+6O2+6H2O encore plus belle que l’arbre, lui-même si transcendant. La religion s’est inspirée de l’observation de la nature et non l’inverse, mais les deux sont liées dans la recherche de l’harmonie et non de la guerre. “C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas” Victor Hugo. Aussi ne plus confondre Religion et Spiritualité, seule la première a besoin de l’autre. 

Enfin, ne plus confondre Finalement et Au Final. Il y a 10 ans, aucune trace de cette expression qui est fausse grammaticalement. Final est un adjectif, pas un substantif. Aujourd’hui pas un article, pas un édito, pas une discussion sans sa répétition multiple. Ce n’est la traduction de in fine.  A suivre …

SFG & Blog // A. Jung // 30.01.17

Comments are closed.

print

Read Also from AYMERIC JUNG