Action ou vérité : smartphone et finance (2ème partie)

Ce jeu d’enfants m’a permis, avec le Blog du mois dernier, d’évoquer quelques actions individuelles et collectives autour de la nourriture avec un impact environnemental significatif. Ces solutions sont facilitées par des jeunes entreprises misant sur la technologie du Smartphone pour étendre leur activité très rapidement, souvent avec un effet «disruptif» déconcertant pour les acteurs économiques traditionnels.

 

NOUVELLES TECHNOLOGIES:

Avec l’informatique commence la 3ème révolution industrielle et une refondation complète de notre façon de travailler et de communiquer. Internet et les Smartphones en sont un prolongement «naturel» mais avec certains impacts parfois méconnus.

Action ou Vérité ? un progrès pour l’environnement?

Vérités: 10 milliards d’emails échangés par heure dans le monde, ce qui pollue autant que 4 000 AR Paris NY en avion. Les data center de la planète utilisent pour les stocker l’équivalent de la production de 30 centrales nucléaires et sont déjà responsables de plus de 2% des émissions de CO2. Tous les 4 ans cette consommation énergétique double. Une étude de 2008 (G.Fettweis) estimait déjà que les besoins du web atteindraient en 2030 l’équivalent de la consommation énergétique mondiale de 2008.

 Action individuelle: discipline d’utilisation et déstockage de ses emails. Etre à l’écoute de toute solution permettant de réduire cette consommation. Ce n’est pas la décroissance mais juste du bon sens.

Un progrès pour la communication?

Vérités: L’utilisation non stop du Smartphone dans les lieux et transports publics fabrique une véritable bulle. On reste dans son monde, plus personne ne communique. Une des explications de la définition “génération Y” viendrait du Y que forme les écouteurs. Si un événement se produit alors vite il faut prendre une photo. Exagération telle que parfois avant de secourir une personne, on prend d’abord une photo.

Une enquête récente (Dekra) révèle que 17% des piétons interrogés utilisent leur Smartphone (22% chez les 25-35 ans). Cela entraine des accidents (enquête Opinionway); 16% sont rentrés dans un poteau et 8% ont été renversés.

Enfin, plus besoin de craindre Big Brother, il est en chacun de nous. Une photo ou une vidéo partagée suffit à détruire votre vie aussi bien personnelle que professionnelle.

 Action individuelle: encore une fois de l’auto discipline, facile à dire, difficile à faire. De la discipline pour soi et du respect pour les autres. Savoir ignorer son téléphone lors de réunions et des repas…

 

LA FINANCE:

La crise de 2008, considérée par beaucoup comme financière, devait amener des réformes structurelles profondes sur le fonctionnement de la finance internationale. Beaucoup de discours officiels et peu de changements significatifs.

Les banques centrales ont cherché à relancer l’économie grâce au quantitative easing, c’est à dire en injectant directement des liquidités sur les marchés financiers et indirectement dans les bilans des banques. Mais cette monnaie traditionnelle est-elle la mieux placée pour financer l’économie ?

Vérités: Les banques créent la monnaie en accordant des crédits. Tous les jours, en temps continu, les marchés financiers fluctuent nous donnant le prix de tout et la valeur de rien. Chaque jour, particuliers et entreprises courent après l’argent pour survivre dans un monde où on est devenu pauvre avec un salaire et où l’entrepreneur craint de ne plus être compétitif. Pourtant l’argent n’existe pas. Depuis la fin de Bretton Woods l’argent n’a plus de référent et désormais il n’est même plus papier ou pièces.

Vérités: Une étude de la BCE de 2014 montre que les SME représentent 99% des entreprises Européenne, les 2/3 de l’emploi et 60% de la valeur ajoutée. Leur accès au crédit s’était asséché et peine à repartir. Pour les jeunes entreprises et les particuliers, c’est pire. Une banque ne consacre que 17% de son bilan aux entreprises locales contre 40% aux multinationales.

Actions individuelles. D’accord pour des multinationales, mais pas partout, tout le temps. L’entreprise locale, c’est bien aussi. Justement, après la crise de 2008, la réforme de la finance se fait individu par individu. Avec le Crowdfunding et les banques Alternatives où chacun reprend le contrôle de son épargne et choisit où investir. Avec l’Impact Investing qui, à côté de la pertinence financière, soutient un impact environnemental et social, garant de la durabilité de l’investissement, bon pour l’économie, meilleur pour la planète.

Ces pistes permettent de redéfinir la notion d’économie et de richesse. Selon JM Keynes «La difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d’échapper aux idées anciennes». La richesse, n’est-ce pas une société reposant sur la Connaissance, l’Education, la Santé, le Respect, la Sécurité et la Santé plus que la croissance du PIB ? Actions ET Vérités Est-ce indissociable ? Peut être des réponses avec le RBI s’il n’est pas en «argent» (dossier Bilan du 10 Mai avec un RBI en monnaie locale, nominatif et temporel).

Bilan et SFG // A. Jung // 30.05.16

Comments are closed.

print