D-Day et aujourd’hui pourquoi s’engager.

  D-Day 1944 , et aujourd’hui pour quel combat vous engageriez vous afin de préserver …

Deux évènements ont particulièrement retenu mon attention au cours de ce mois de Juin, tous deux venus d’Amérique. Non je ne parlerai pas du Mondial mais de la célébration des 70 ans du D-Day et de l’exposition “Indiens des grandes plaines” du musée des arts premiers du Quai Branly. J’en retiens un enseignement,

         – L’engagement au péril de sa vie afin de défendre la liberté pour les uns puis un art de vivre, un territoire et une communion parfaite avec la nature pour les autres,

et une réflexion,

         – Que pourrons nous dire à nos enfants et petits enfants si un jour ils nous demandent: Et toi qu’as tu fait à l’époque pour éviter le pire?

Question à laquelle de nombreux grands parents ayant connu la seconde guerre mondiale ont du répondre. Témoignages entendus lors des célébrations du D-Day et témoignages lus dans “Pieds nus sur la terre sacrée*”. Il n’était pas nécessaire de débarquer sur les plages de Normandie ou de se dire “qu’aujourd’hui est un beau jour pour mourir” pour choisir son camp. Chaque geste, même minime, pouvait être une action positive et un acte de résistance. Chacun peut faire sa part comme le dit l’association des Colibris**. Alors comment s’engager aujourd’hui et pourquoi?

… “sans plus attendre**” …

Certains prédisaient pour 2012 la fin du monde, d’autres plus modérés parlaient de la fin d’un monde (Patrick Viveret, La cause humaine 2012). Le modèle de l’après guerre, où il fallait tout reconstruire a privilégié la quantité, le consumérisme et la vitesse. N’y a t il pas aujourd’hui une forte tendance pour un retour à la qualité, au partage, à l’économie de l’usage au lieu de la propriété. Tendance portée par des choix de vie, mais aussi pour la préservation de l’environnement et la nécessité d’endiguer le réchauffement climatique.

Chacun à sa mesure peut s’engager dans ce mouvement sans pour autant devenir un ecowarrior vegan. Changer, Sans plus attendre (G.del Marmol 2014) sa consommation d’énergie, d’eau et de nourriture est déjà un témoignage pour le respect des générations futures. Investir dans des entreprises qui ont une démarche durable et/ou  sélectionner des projets d’Impact Investing est souvent une preuve d’engagement, et parfois un acte de résistance.

On ne parle pas ici de risquer sa vie mais plutôt de faire un pari écologique et social. Comme Pascal, pour les sceptiques, ce serait parier qu’il y a tout à gagner en modifiant sa façon de consommer et d’investir. Si le danger est réel alors optons pour un autre modèle afin d’éviter des catastrophes irréversibles. Sinon, on  aura quand même des villes moins polluées, une nourriture plus saine et plus locale, un renouveau du lien social, un environnement respecté, et un portefeuille plus résilient à des risques encore mal connus “quitte à renoncer à un certain, ou prétendu, confort présent” (D.Moreau Philosophie magazine Mai 2014 p83).

Développer une économie régénératrice était souhaitable, aujourd’hui c’est nécessaire et demain ce sera indispensable. Tous les jours nous sommes mis au courant par les média et les réseaux sociaux de création d’entreprises qui œuvrent à apporter des solutions pratiques à la crise actuelle. Plus de coopération au lieu de la compétition, plus d’intelligence collective au lieu du consumérisme, plus de sagesse au lieu de la vitesse. Un indien en voyant les hommes extraire de l’or à coup de dynamite disait “l’homme blanc retourne le sol, abat les arbres, détruit tout,…Comment l’esprit de la terre pourrait-il aimer l’homme blanc? Partout, il laisse une plaie*”.

Peut être maintenant, après avoir ignoré leur sagesse pendant des siècles, nous entendons leur enseignement et nous sommes de plus en plus nombreux à nous engager vers une transition écologique pour préserver … la terre et ainsi faire un pari pour les générations futures ?

* Pieds nus sur la terre sacrée, T.C Mcluhan, Denoel.

** Sans plus attendre ! Guibert del Marmol, Ker éditions, Avril 2014

SFG // A. Jung // 08.07.14

Comments are closed.

print