Analyse des critères ESG de la société genevoise SGS avec une comparaison avec son principal concurrent Bureau Veritas

Introduction

Dans le cadre du module sur la Finance Durable, il nous a été présenté les différents critères ESG pouvant être utilisés. Nous avons également discuté de l’évolution des mentalités au sein des différentes sociétés. L’évolution n’est cependant pas semblable partout. Nous remarquons une certaine disparité selon les pays ou secteurs. J’ai souhaité porter mon analyse sur la société suisse SGS, avec par la suite une comparaison succincte avec son principal concurrent, Bureau Veritas.

Pourquoi ce choix

La société SGS est un fleuron de l’industrie suisse. Elle est le leader des inspections, vérifications, testing et certifications partout autour du globe. Avec plus de 10 milliards de capitalisation et 100’000 employés, une synergie au sein du groupe est obligatoire afin de mener à bout un projet, comme par exemple la mise en place de critères ESG au sein de la compagnie. De plus, la croissance externe de la société est importante. Il y a donc tout au long de l’année de nouvelles intégrations de sociétés et d’employés dans la structure. C’est un challenge pour toutes sociétés de savoir comment mettre en place cette intégration, par exemple au niveau du respect des critères ESG. Finalement, la SGS est souvent mandatée pour contrôler, vérifier ou certifier des normes ESG dans différentes sociétés ou situations, et propose même un service d’analyse et conseils pour la mise en place de critères durables. Il était à mon sens intéressant d’appondir ces 3 points pour vérifier ou non ce proverbe si connu : « Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés ».

La durabilité chez SGS

La société a fait preuve d’une grande évolution depuis 2012. Il y a dorénavant une grande transparence, un accès facilité sur leur site internet, avec un explicatif détaillé. Il a été expliqué durant notre module que la transparence était un facteur très important, voir le plus important dans le cadre de la durabilité. Il faut avouer que SGS « ouvre ses portes » à tous. Chez SGS, la durabilité est de « minimiser l’impact sur l’environnement tout au long de la chaîne de valeur, tout en investissant positivement dans les communautés dans lesquelles elle opère ». Elle agit ainsi via la société en elle-même, mais également via leurs clients, ou à travers des actions externes.

La société : SGS a un programme de durabilité d’entreprise dirigeant localement leur performance sociale, environnementale et économique qui, à son tour, soutient leurs initiatives globales visant à minimiser leurs impacts et apporter de la valeur à SGS.

Leurs clients : Leurs services de développement durable permettent à leurs clients d’adopter et de développer des pratiques commerciales plus durables qui, à leur tour, les aident à créer des produits, des technologies et des services à valeur ajoutée.

Actions externes : Grâce à leurs activités d’engagement et à leurs partenariats avec des intervenants externes, ils combinent leurs connaissances et leurs expertises pour offrir des programmes à grandes échelles qui contribuent au développement durable.

Pour cela, SGS utilise différentes normes et guides tels que :

  • ISO 26’000
  • G4 Guidelines
  • AA 1000 Principles
  • ISO 14064

Depuis 2016, un rapport intégré sur le développement durable fait partie du rapport annuel.

Ambitions 2020

La SGS a lancé en 2014 le programme « 2020 Sustainability Ambitions ». Ce programme, qui touche différents secteurs, met les bornes que la société souhaite atteindre d’ici 2020. Il y a notamment les points suivants :

·         Management sensible à cette thématique

·         Délivrer un retour « durable » mesurable pour la société

·         Turnover rate de max 10% au sein de la société

·         30% du management composé de femmes

·         Des incidents et « temps perdu » réduit de moitié

·         Réduction du CO2 de 20%

·      Augmenter les contributions autour du monde de 30%

Grâce à ces objectifs, il est facile de calculer les progrès de la société. De plus, la société a signé en 2014 le RE100 initiative pour utiliser en 2020 100% d’énergie renouvelable. C’est également un objectif ambitieux qui indique clairement la volonté que l’entreprise souhaite prendre.

 

Emission de Carbone

Comme de nombreuses sociétés, l’émission de carbone est un sujet des plus importants. La SGS met un accent sur ce secteur avec en cours plus de 70 projets afin de réduire leurs émissions de CO2. Le

« Carbon Neutral » a 3 avantages principaux pour la SGS :

  • Agir maintenant : Les différents projets de réduction dans l’émission de CO2 à un effet important sur le changement Il est très difficile voire impossible de supprimer totalement ces émissions. La SGS annonce clairement son combat : « Chaque tonne de carbone éliminée aujourd’hui a plus de valeur qu’une tonne éliminée dans le futur. La neutralité sur l’émission de CO2 est importante pour un avenir plus durable
  • Quantifier les coûts : Il est important d’identifier les priorités de durabilité en quantifiant les coûts associés aux différents défis Contrairement à d’autres objectifs, il est plus difficile de quantifier les coûts du carbone. Avec une neutralité en carbone, ce calcul est simplifié. A la SGS, chaque affilié demande de payer pour ses compensations d’émissions.
  • Engager la communauté : Soutenir les projets de compensation carbone qui bénéficient directement aux communautés locales et qui sont en ligne avec la stratégie d’investissement communautaire de la

Depuis 2014, la société a compensé ses émissions de CO2 grâce à des projets situés dans les régions où la compagnie opère, apportant ainsi une contribution positive. 

Pour atténuer leurs émissions de CO2, les investissements suivants ont été réalisés dans des initiatives d’énergie renouvelable en 2016 :

 

Analyse des résultats

Comme mentionné précédemment, la société SGS fait preuve d’une grande transparence et indique ses résultats sur les 5 dernières années. Bien entendu, ces résultats sont généralement positifs. La transparence est donc ainsi facilitée.

Il était impossible d’analyser tous les résultats et critères 2020 en quelques pages. J’ai ainsi choisi quelques exemples marquants et représentatifs de leur travail

Ressources humaines :

Ce critère me semble intéressant car l’humain est également au centre de la durabilité et une prise de conscience passe également pas l’aspect humain. C’est peut-être le critère qui semble le plus facilement implantable, mais les répercutions sont importantes, tant sur l’image de la société que sur le bien être de ses employés. On remarque que la cible pour 2020 est en bonne voie. Dans la majorité des cas, plus de 50% du chemin a été parcouru.

 

 

 

 

 

 

 

Carbone :

Les émissions de carbone sont également en baisse, et les résultats 2016 montrent que la target 2020 est déjà atteinte. Un effort important a été mis en place par la SGS, notamment pour utiliser 100% d’énergie renouvelable d’ici 2020. Il est donc démontré, via l’exemple de la SGS, qu’il est possible, relativement rapidement, de baisser ces productions de CO2.

 

 

 

 

 

Consommation d’énergie :

Un autre point important à mes yeux est la consommation d’énergie et l’utilisation d’énergie renouvelable. C’est peut-être le premier point qui arrive en tête lorsque le sujet du développement durable est évoqué. La SGS avait le projet ambitieux d’utiliser totalement des énergies renouvelables d’ici 2020. Il est intéressant d’analyser dans le tableau ci-dessous les économies possibles, et surtout la rapidité pour mettre en place un tel système. En l’espace de 5 ans, la consommation d’électricité standard contre une électricité renouvelable a été totalement inversée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rapide comparaison entre SGS et Bureau Veritas :

Pour finaliser mon analyse sur SGS, il est intéressant de comparer les résultats avec un de ses peers. Le principal concurrent de la SGS est la société française Bureau Veritas. Ils se partagent à eux 2 la majorité du secteur contrôle et vérification. Il était donc évident de choisir cette société pour comparer au mieux les résultats de la SGS. Comme SGS, Bureau Veritas met en avant sa transparence. Ils communiquent sur la durabilité comme étant un point essentiel pour l’avenir. Comme SGS, ils ont des bornes pour le futur, avec par exemple la réduction de l’émission CO2, ou la consommation des énergies fossiles.

SGS

 

 

BV

 

 

On remarque que la société BV se classe à un meilleur niveau que la SGS (12ème vs 148ème). Bien entendu, ces 2 sociétés sont dans le haut du panier, sachant que l’univers est de plus de 3’000 sociétés. Les 2 sociétés obtiennent une notation de « A » qui démontre bien leur positionnement dans le souhait d’un monde durable. Ils sont actifs dans ce secteur, via le controlling ou le conseil, et ne peuvent se permettre d’être un mauvais élève.

 

SGS

 

 

 

BV

 

 

 

 

Comme précédemment, le ratio ESG est légèrement meilleur en faveur de Bureau Veritas. En comparant les graphiques, on remarque que BV a fait un effort important en 2013. Leurs courbes suivent le trend global, et évitent la correction du secteur. Il serait intéressant de connaître les raisons de cette baisse dans leur secteur. On remarque que les 2 sociétés sont nettement au-dessus de la moyenne de leur peers.

SGS est supérieur à BV quant à la question de l’information disponible. Comme nous pouvons le voir à travers les différents sites internet et rapports annuels, il est vrai que SGS communique extrêmement bien à ce sujet, et met à disposition énormément d’informations, de résultats et de comparatifs. Cela permet de suivre leurs progrès, leurs efforts, et conforte l’avis positif dans leurs sociétés.

Il ne serait pas surprenant de voir la société SGS augmenter sa notation. Cela est également indiqué dans le classement global, avec une hausse de plus de 31 places par rapport au mois de janvier 2018. A première vue, la SGS avec son programme ambitions 2020, souhaite gravir le classement. Il ne serait pas étonnant, si elle arrive à atteindre tous ses objectifs, de la voir au plus haut rapidement. Ceci est confirmé par le tableau ci-dessous. Nous remarquons que le trend général pour la SGS est meilleur que celui de Bureau Veritas.

 

SGS

 

 

 

 

 

 

BV

 

 

 

 

 

Conclusion :

Suite à mon analyse sur SGS et une rapide comparaison avec son principal concurrent, nous remarquons que d’une manière générale, les 2 leaders de ce secteur sont en avance sur le thème de la durabilité. Cela fait maintenant plusieurs années qu’ils mettent en avant ce sujet, avec des ambitions précises et ambitieuses.

Ce sont deux modèles pour leurs concurrences et clients. Il est ainsi prouvé qu’une société avec une grosse capitalisation et des milliers de salariés peut changer les choses relativement rapidement, et proposer un modèle d’affaire respectueux de l’environnement et de l’humain.

Malgré une forte croissance externe, et un rachat important de petites sociétés tout au long de l’année, la SGS peut appliquer son modèle partout tant sur les critères environnementaux, sociaux ou de gouvernance.

C’est un travail de longue haleine pour le management car il faut actuellement à la fois gérer leurs ambitions 2020, tout en intégrant les nouvelles entités du groupe.

Il sera à mon avis plus facile par la suite, une fois l’intégration de leurs objectifs atteinte, d’homogénéiser le groupe.

La SGS, tout comme Bureau Veritas, sont 2 bons exemples à suivre.

Module Finance Durable :

Pour finaliser ce travail, je souhaite faire un rapide rapport sur mes 4 journées dédiées à la finance durable, et plus largement au développement durable. Il fut intéressant d’écouter durant ces quelques heures différents acteurs, du même secteur, mais qui proviennent d’activités divergentes. Je me suis rendu compte que la durabilité fait maintenant partie, pour la majorité, d’un point essentiel pour le futur. Cela s’est fait remarquer par les différents « élevés » du cours, en provenance de tous les milieux et tous les secteurs. Nous avons remarqué que plusieurs sociétés font maintenant un effort pour intégrer des critères ESG. Il est cependant malheureux de voir que rien ne bouge pour d’autres. Tant les critères environnementaux, que sociaux ou de gouvernance sont importants. J’espère que chacun, en tant qu’actionnaire, ou simplement en tant qu’humain, puisse faire bouger les choses. Car comme le disait Marie Curie « Vous ne pouvez pas espérer construire un monde meilleur sans améliorer les individus ».

jerome // 24.05.2018

Comments are closed.

print