Evaluation de la performance ESG d’une multinationale Coca-Cola / PepsiCo

1 Introduction

1.1 Descriptif des entreprises étudiées et scope

Coca-Cola et Pepsico sont deux multinationales de première importance et comptent parmi les leaders de l’industrie agro-alimentaire, en particulier au marché des snacks (PepsiCo) et des boissons (PepsiCo et Coca-Cola). En vue d’établir des préconisations d’investissement responsable, nous allons envisager leur activités sous l’angle ESG, en faisant ressortir les éléments saillants de leur chaîne de valeur qui nous semblent les plus impactants en termes de responsabilité sociale et environnementale : les problématiques liées à l’eau, à l’obésité, aux emballages, à l’efficacité énergétique et à la protection du climat, celles liées à l’emploi, à la fiscalité, à la gouvernance et à l’actionnariat des deux entreprises.

1.2 Méthodologie

Les éléments étudiés ci-dessous proviennent d’un « desk research » assez large. Les thématiques générales, les tendances et les articles les plus récents ont notamment pu être cernés grâce à l’ESG News Monitor.

2 L’eau
Pour la problématique de l’eau, nous avons procédé de manière chronologique, en étudiant d’abord les polémiques affectant les opérations de Coca-Cola et de PepsiCo, puis en étudiant les actions mises en œuvre par les deux entreprises pour y remédier.

2.1 Polémiques

2003 Le Centre pour la Science et l’Environnement (CSE), un laboratoire indépendant de New Delhi, publie un rapport sur les taux de pesticides contenus dans les bouteilles de Pepsi et de Coca, en Inde1. Le gouvernement lance une enquête sur la pertinence des normes en vigueur. PepsiCo et Coca-Cola convoquent une conférence de presse commune, rejetant les accusations du CSE et menacent de poursuivre l’ONG. Le ministre de la santé Indien commande des tests indépendants sur 15 boissons. Des tests aléatoires sont effectués dans les points de vente comme sur les lieux de production. PepsiCo dépose un recours légal contre le CSE, afin que l’ONG cesse ses publications et retire les informations de son site. Certains Etats Indiens interdisent la distribution des produits par précaution. Coca-Cola Company demande à la Haute cour de Bombay de lever l’interdiction. Le Ministre de la santé confirme la présence de pesticides dans 75 % des échantillons testés dans des proportions inférieures à celles avancées par le CSE, mais largement supérieures aux normes de l’UE. Au regard des textes, Pepsi et Coca –Cola ne sont pas dans l’illégalité malgré les risques sanitaires, le ministre admet que les normes actuelles sont insuffisantes.
2004 : Au Royaume-Uni, Coca-Cola reconnaissait vendre de l’eau de robinet facturée dans le commerce près de 1.4 Euro les 500 millilitres2.

2004 : L’état du Kerala (Inde du Sud) fait fermer une usine Coca-Cola, à la suite de protestations des habitants et sur ordre du comité de contrôle de pollution du Kerala3. Chaque jour, 500’000 litres d’eau ont été puisés en moyenne et 150’000 litres d’eaux usées rejetées. Les études scientifiques étaient accablantes : dès 2003 des recherches toxicologiques ont établi que des conséquences dévastatrices des eaux usées pour la population des environs. Ces eaux contiendraient de fortes concentrations en chlore et en cadmium entraînant cancers, maladies cutanées et problèmes respiratoires. Coca-Cola a a néanmoins porté l’affaire devant la cours suprême en revendiquant le droit de l’exploiter4.

2011 : Le parlement du Kerala, Inde du sud, demande des compensations au géant américain CocaCola, pour avoir pollué et surexploité les nappes phréatiques, d’avoir ainsi mis en danger la santé de milliers d’habitants5. Pertes agricoles, pollution aquatique, maladies : le montant des dommages est évalué à 48 millions de dollars. Coca-Cola continue de nier ces accusations jugeant le texte de loi voté au parlement du Kerala « dépourvu de faits et de données scientifiques.

2013 : Au Mexique la population manque d’eau mais Coca-Cola prospère6. L’agglomération de la ville de Mexico compte 19 millions de personnes dont 35 % ne sont pas connectés au réseau d’eau et 1.3 million de personnes n’ont aucun accès à une source d’eau potable. En conséquence, le pays détient le record mondial de consommation d’eau en bouteille (il ne s’agit pas ici d’eau de source, mais simplement de l’eau filtrée et traitée). Coca-Cola est un des leaders sur ce marché de l’or bleu. Cette consommation d’eau a des conséquences catastrophiques sur l’environnement. Selon l’organisation Food and Water Watch, 21 millions de bouteilles plastiques sont jetées chaque année au Mexique, 20 % sont recyclées, le reste terminant dans des décharges, ou simplement dans la nature. La consommation de soda peut également être perçue comme un corollaire direct de ce manque d’eau. Ce pays est ainsi devenu le premier consommateur de Coca-Cola au monde avec 728 bouteilles de 25 cl par an et par habitant (chiffre Coca-Cola 2012). Cette consommation excessive de soda est l’un des facteurs de l’épidémie d’obésité qui touche le Mexique : 70 % de la population est en surpoids, dont 33 % d’obèses et 13 % de diabétiques.

2014 : L’inde accuse Coca-Cola de dilapider l’eau des agriculteurs, d’extraire un montant excessif d’eau depuis la nappe phréatique, entraînant de possibles risques écologiques7. Coca-Cola est condamné à fermer l’une de ses usines d’embouteillage dans la région de l’Uttar Pradesh, dans l’est de l’Inde, sur ordre des autorités chargées du contrôle de la pollution8. Cette usine installée depuis 1999 aurait consommé plus de 300 000 litres d’eau par jour. En 2009, les autorités locales estimaient déjà que le niveau des nappes phréatiques était critique. Une autre usine de la firme située dans la région aride du Rajasthan est également la cible de telles accusations9.
2016 : La marque Coca-Cola inaugure sa première usine dans la Bande de Gaza. Malgré la bonne nouvelle pour la création d’emplois et l’économie de cette région fragilisée, l’implantation de l’usine fait polémique à cause de la consommation d’eau de l’usine. La population se demande notamment d’où provient cette eau. Coca-Cola a mis sur pied sa propre installation de purification de l’eau, mais l’entreprise puise malgré tout dans la nappe phréatique de l’enclave palestinienne tenue par le Hamas et certains regrettent que la priorité n’ait pas été donnée aux habitants10.
Pour tenter de compenser sa consommation, la fondation Coca-Cola a promis de fournir gratuitement de l’eau aux 25’000 Gazaouis d’un camp de réfugiés.

2.2 Actions engagées par Coca-Cola Coca-Cola a engagé un projet dédié à la préservation de l’eau : le projet Water Replenishment.

L’objectif de restituer la totalité de l’eau utilisée à la nature et aux habitants, fixé pour 2020, a été atteint en 2015.
Les actions qui ont été mises en place pour atteindre cet objectif portent sur 3 axes: 1) Optimisation des processus de production : en 2004 il fallait 2.7 litres d’eau pour produire 1 litre de coca, cette quantité d’eau inclut les processus de production de nettoyage et recyclage des bouteilles.

En 2016 ce chiffre est tombé à 1.96 litres en moyenne, selon le Sustainability report publié par CocaCola11, soit 27% d’économie sur l’utilisation de l’eau.
Le chiffre publié par Coca-Cola France est de 1.22l pour la production d’1l.
L’objectif 2020 est de 1.2l .
2) Réutilisation de l’eau utilisée dans la fabrication des produits. Les eaux usées sont traitées sur place ou dans une station d’épuration à proximité, l’eau rejetée est ainsi purifiée.
3) Restitution d’un volume d’eau identique à celui utilisé pour produire les boissons. Coca-Cola multiplie les partenariats avec des ONG engagées sur la préservation de l’eau et s’engage dans 248 projets locaux de préservation de l’eau dans 71 pays du globe. Au Mexique12, dans le seul état de Chiapas, Coca-Cola a, en collaboration avec l’association mexicaine Pro-Natura, replanté 205 000 arbres, construit 19 réservoirs d’eau et installé 38 collecteurs d’eau.
2.3 Actions engagées par PepsiCo Les objectifs de PepsiCo sont fixés à horizon 2025.
Ils s’efforcent d’atteindre un impact positif sur l’eau en appliquant une approche stratégique de la gestion de l’eau à l’échelle mondiale.
Leurs actions portent sur 4 axes :
1) Optimisation de l’utilisation de l’eau chez leurs fournisseurs agriculteurs. Favoriser des méthodes d’irrigation moins gourmandes en eau. Utilisation des technologies économisant l’eau. Accompagnement des agriculteurs dans le recyclage des eaux usées. Objectif 2025 : Améliorer de 15% l’efficacité d’utilisation de l’eau de leur chaîne d’approvisionnement agricole, dans les zones à haut risque hydrique. 2) Optimisation de l’utilisation de l’eau dans les processus de fabrication. Objectif 2025 : Améliorer de 25 % supplémentaire l’utilisation de l’eau.
3) Préservation et reconstitution des réserves d’eau qu’ils utilisent pour leurs production. Favoriser la reforestation et la préservation des zones humides. Optimiser la purification des eaux usées. 4) Accompagnement à l’accès à l’eau. Permettre l’accès à l’eau potable à 25 millions de personnes, dans les zones à proximité des sites de production PepsiCo. Optimiser la purification des eaux. Eduquer et sensibiliser les jeunes populations sur l’utilisation d’eau responsable.

2.4 Synthèse

L’engagement PepsiCo est moins ambitieux que Coca Cola autant au niveau de l’échéance fixée que des objectifs globaux. En effet l’objectif de Coca Cola est clair : rendre à la nature et à l’homme 100% de l’eau utilisée.  L’engagement de PepsiCo en revanche semble moins précis, plus régional et toujours en rapport géographique avec les zones de production.  On notera que 60 % des softs drinks vendus à travers le monde proviennent de la marque Coca-Cola et 28 % pour le groupe PepsiCo.

Le chiffre d’affaire de PepsiCo avoisine aujourd’hui 66 milliard de $ contre 35 milliard de $ pour CocaCola. Cette différence est due à la diversité des produits du groupe PepsiCo, depuis le rachat de Quaker Oats en 2001. Pepsi Co s’est approprié une place de choix dans l’industrie agro-alimentaire, alors que Coca Cola n’est présent que sur le marché des boissons.

3 L’obésité

3.1 Polémiques

Voici les enjeux et chiffres liés à l’obésité tels que relevés dans le rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé13 :
En 2017 l’obésité a atteint des proportions d’épidémie mondiale :

  •  + de 2.8 millions de décès par an liés à un problème de surpoids ou d’obésité. 
  • + de 1.9 milliard d’adultes sont en surpoids et plus de 650 millions sont obèses. 
  • + de 41 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids en 2016. 
  • 57 % de la population mondiale vit dans un pays où le surpoids et l’obésité sont plus meurtriers que l’insuffisance pondérale. C’est le cas pour l’ensemble des pays à revenu élevé ou intermédiaire. Le diabète, les cardiopathies ischémiques et certains cancers peuvent être imputés au surpoids et à l’obésité.
  • Un cinquième de l’augmentation des cas de surpoids entre 1977 et 2007 est directement lié à la consommation de boissons sucrées. 

Comme le relève l’OMS dans ses recommandations14, « partout dans le monde, les enfants sont exposés à la commercialisation d’aliments et de boissons non alcoolisées à forte teneur en graisses, en sucre ou en sel. Il faut s’employer à faire en sorte que, partout, les enfants soient à l’abri de ce marketing et puissent grandir et se développer dans un environnement alimentaire favorable, qui incite et aide à faire des choix alimentaires sains et à conserver un poids normal. »
L’OMS estime que la consommation de sucre devrait aujourd’hui constituer moins de 5 % de l’apport énergétique d’une personne par jour. Cela représente six cuillères à café par jour, alors qu’une canette de soda représente 10 cuillères à café de sucre (selon les publications 2017, le chiffre était de 10% les années précédentes).  L’OMS a appelé, en juin 2017, les gouvernements à taxer les boissons sucrées. Dans son dernier rapport l’OMS estime qu’il existe « des preuves croissantes » que l’imposition de taxes sur les boissons « résulterait en une réduction proportionnelle de la consommation »15. Ce fut presque le cas au

Mexique : Le pays a imposé en 2014 une taxe sur les boissons sucrées provoquant une hausse de 10 % de leur prix résultant à une réduction de 6 % de sa consommation.
Les campagnes de préventions contre l’obésité coûtent cher aux Etats-Unis et seraient subventionnées, selon l’étude de Daniel Aaron et Michael Siegel publiée dans l’American Journal of Preventive Medicine, par les deux géants producteurs de Soda Américains soit Coca-Cola et PepsiCo qui ont financé 96 ONG influentes dans les domaines de la santé publique entre 2011 et 2015, alors qu’au même moment, les deux entreprises s’activent pour empêcher l’apparition de taxe anti-soda.
Ainsi 86.5 % des organismes (privés et publics) ont accepté des fonds de Coca-Cola et 12.5% ont accepté les fonds des deux sociétés, ce qui provoque d’inévitables conflits d’intérêt pour ces ONG bénéficiaires de ces fonds.
On donnera par exemple le cas de l’organisation Save The Children, qui a reçu 5 millions de $ des deux géants du Soda en 2009, l’année suivante l’ONG a soudainement cessé de soutenir l’instauration de la taxe soda, pourtant préconisée par l’OMS dans la lutte contre le diabète et l’obésité.  On peut aussi mentionner l’Academy of Nutrition and Dietetics et l’association NAACP, qui se sont opposées à un projet de l’ancien maire de New York Michael Bloomberg préconisant en 2012 de réduire la taille des cannettes de soda, et ceci juste après avoir reçu des fonds de Coca et Pepsi.

3.2 Actions engagées par Coca-Cola

L’objectif est de contribuer à un apport maximum de 10 % en sucre par rapport à l’apport calorique total d’une personne sur une journée.
Pour atteindre l’objectif, Coca-Cola s’appuie sur trois axes :

  • Des tailles d’emballage plus petites et plus pratiques.
  • Introduction de nouvelles boissons sans sucre ou avec faible teneur en sucre.
  • Réduction du sucre dans les boissons existantes au niveau mondial.

3.3 Actions engagées par PepsiCo

Après Coca-Cola, PepsiCo s’engage eux aussi dans la lutte contre l’obésité en s’appuyant sur trois axes également16 :
Objectif 2025 :

  • Réduire la teneur en sucre de leurs boissons à 100 calories maximum par canette.
  • Développer leur gamme de boissons sans sucre.
  • Réduction des acides gras dans 75 % de leurs produits alimentaires.

3.4 Synthèse

Sur cette problématique de la santé, Coca-Cola et Pepsi Co semblent s’être engagés sur la voie du partenariat et du soutien financier aux ONG actives dans la lutte contre l’obésité : de cette façon, on pourrait reprocher aux deux entreprises de détourner l’attention et donner l’impression qu’elles sont à la source de la solution, alors que toutes les études menées sur le sujet par les ONG elles-mêmes et l’Organisation Mondiale de la Santé démontrent qu’elles sont à la source du problème. Nous pointons ici du doigt le paradoxe qu’il peut y avoir pour ces multinationales entre les faits et les actions. Néanmoins, pour la première fois dans leurs rapports de durabilité17, les deux entreprises se sont engagées par des actions concrètes dans la lutte contre l’obésité. L’avenir devra nous permettre de vérifier quel impact réel ces actions auront sur l’obésité.

4 Emballages

4.1 Coca Cola

Annuellement, Coca-Cola écoule plus de 100 milliards de bouteilles, ce qui représente une quantité non négligeable de déchets18. La multinationale est d’ailleurs souvent montrée du doigt pour sa position parmi les entreprises participant le plus à la pollution plastique dans le monde, si bien qu’il n’est pas étonnant de voir la gestion des emballages parmi les enjeux prioritaires de la société. Coca-Cola assure travailler à alléger les contenants, à les récupérer pour réutilisation et à augmenter la part de déchets recyclés qui les composent. D’ailleurs, en 2009, la multinationale avait marqué sa volonté d’innover, en lançant la PlantBottle19, un packaging entièrement recyclable composé jusqu’à 30 % de matériaux d’origine végétale.

Subissant la pression du marché et ayant la volonté de s’aligner aux évolutions du secteur, Coca-Cola a lancé la campagne World Without Waste. Au travers de ce programme, l’entreprise souhaite engager une réflexion toute nouvelle sur l’ensemble du cycle de vie de ses packagings. Il n’est pas spécifiquement précisé ce qu’elle entend concrètement mettre en place, mais elle s’est fixée l’objectif que 100% de ce qu’elle commercialise soit recyclé d’ici 203020. L’objectif paraît peut-être excessivement ambitieux, quand on sait que les quantités vendues annuellement ne cessent de croître et que le taux de recyclage actuel n’est que de 59.3% et qu’il s’était même péjoré ces dernières années21.

Il faut dire que par le passé, Coca-Cola avait aussi certifié qu’à l’horizon 2015, au moins 25 % de ses bouteilles seraient recyclables et proviendraient de sources renouvelables. Cette promesse ne semble pourtant pas avoir été tenue. En effet, selon Greenpeace et ce qui peut être extrait du rapport de développement durable de la marque, la part de déchets recyclés utilisés pour la production d’emballage ne dépasserait pas 7% en moyenne22. Il y a lieu de se poser la question de sa crédibilité, lorsque l’on sait qu’en janvier 2017, un document interne ayant fuité des mains de Coca-Cola a confirmé ses intentions de lutter contre la mise en place de mesures politiques visant à augmenter le recyclage et la réutilisation23. Son opposition aux programmes de consignation en Europe, Amérique du Nord et Australie a d’ailleurs fait d’une certaine attention médiatique. Récemment interrogée par Greenpeace au sujet de la quantité de plastique vendue, elle est la seule, parmi six grandes marques, à être restée muette. Ce n’est pas sans raison si l’ONG lui reproche ardemment de se focaliser sur le recyclage plutôt que de tenter de réduire l’utilisation d’emballages à usage unique et d’investir dans des alternatives nouvelles et innovantes24. Il n’est pas sans compter que la marque Sodastream25 a été traduite en justice pour une campagne publicitaire ayant été jugée dénigrante pour les consommateurs de boissons conditionnées26. Comment la firme Coca-Cola peut-elle déclarer s’être engagée en faveur de l’économie circulaire27, afin que les matériaux soient conservés et utilisés aussi longtemps que l’on peut en maximiser la valeur ? 4.2 Pepsico En matière d’emballages, PepsiCo tente, comme Coca-Cola, de réduire la quantité de matériaux utilisés, tout en augmentant la part de déchets recyclés. En 2012, Pepsico a, comme ses concurrents mis sur le marché une bouteille fabriquée à base de plastique 100% recyclé, la bouteille 7UP EcoGreenMC28 La firme mise aussi sur les partenariats avec d’autres sociétés, les relais politiques ou encore les collectivités pour élever le taux de recyclage et de réutilisation. Par conséquent, elle investit dans des infrastructures et programmes de sensibilisation.

Aujourd’hui PepsiCo expérimente une nouvelle approche en commercialisant des bouteilles réutilisables qui sont fournies avec des poudres aromatisées29 et a notamment conclu un partenariat avec une grande société spécialisée, afin de développer des emballages biodégradables 30. Sodastream propose une alternative écologique permettant au consommateur de gazéifier de l’eau du robinet directement chez lui.

4.3 Synthèse31 32

La gestion des emballages est une problématique bien connue du secteur ce qui implique que CocaCola et PepsiCo placent bien sûr cet enjeu parmi leurs préoccupations principales. Les deux firmes ont déterminé le même type d’objectifs, mais PepsiCo semble mettre plus de cœur à essayer de trouver concrètement des alternatives en matière d’économie circulaire et à faire davantage preuve de transparence la thématique de manière globale. Il faut néanmoins soulever que la couverture médiatique de ces sujets sont beaucoup plus fortes du côté de Coca-Cola. Nous nous apercevons aussi que Coca-Cola se targue de promouvoir le recyclage et la réutilisation alors que l’entreprise mène de front des campagnes de lobbying et des procès qui vont à l’encontre de ses propres engagements. Chez PepsiCo, les emballages font partie des aspects identifiés dans le Global Reporting Initiative (GRI), alors que Coca-Cola n’en fait pas du tout mention. PepsiCo démontre davantage une vision 360° sur la thématique, en abordant si bien la question des déchets issus de ses activités de production que des emballages secondaires (palettes, films plastiques, etc.).
Au final, malgré les efforts démontrés par les deux sociétés, aucune n’a pris l’objectif d’arriver à 100 % de bouteilles entièrement produites à partir de PET recyclé. Cela provient probablement du fait que les prix bas du pétrole n’incitent pas nécessairement les fabricants à se tourner vers la matière recyclée, souvent plus coûteuse.

5 Efficacité énergétique et protection du climat

5.1 Coca-Cola
De manière générale, les actions avancées en faveur de la protection du climat portent principalement sur des thématiques telles que l’efficience énergétique et les émissions de gaz à effet de serre33. Les postes les plus élevés en matière d’émissions sont la réfrigération des produits et le packaging. L’emballage pouvant représenter 30 à 70% de l’empreinte carbone d’une boisson. En 2013, Coca-Cola a fixé un objectif de réduction des émissions de 25% d’ici à 2020 dans sa chaîne logistique, mais également dans ses opérations. Elle estime avoir réduit les émissions de gaz à effet de serre de 14%, en 2016. Ces résultats proviennent du fait qu’elle a augmenté l’usage d’énergies renouvelables pour la production et l’utilisation d’énergies alternatives pour sa flotte de véhicules. La réduction est également issue de la fameuse PlantBottle34 dont l’empreinte est plus basse que pour du PET vierge. Depuis quelques années, elle mise aussi sur l’installation d’équipements frigorifiques 40 % et sans HFC35. D’ici à 2020, l’objectif de Coca-Cola est de réduire de moitié la consommation énergétique de ses équipements réfrigérés.

5.2 PepsiCo
Comme Coca-Cola, PepsiCo a également fixé des objectifs en faveur d’une réduction de son empreinte carbone36. PepsiCo a d’avantage mis l’accent sur l’amélioration du bilan environnemental des fournisseurs et l’empreinte carbone de son produit. En 2016, PepsiCo a réduit ses émissions de 1.7% et d’ici 2030 la réduction souhaitée et d’au moins 20% tout au long de sa chaîne de valeur.
Tapis sous ces engagements où PepsiCo assure se préoccuper de ses fournisseurs et lutter contre les effets dévastateurs de certaines pratiques de production, les faits sont moins glorieux. En effet, il y a quelques mois l’un de ses fournisseurs a été impliqué dans des cas de déforestation importants.

5.3 Synthèse
Les deux sociétés sont confrontées à des enjeux similaires bien que PepsiCo a une responsabilité plus marquée en matière d’impact sur le climat et l’environnement, dans le domaine de l’agriculture par exemple. La réfrigération, qui est un sujet qui a toujours été très critiqué, semble maîtrisée et a fait l’objet de réflexions poussées de Coca-Cola, alors qu’il semble prendre moins de place dans les communications de PepsiCo.

Sur le sujet, ce que l’on peut constater est que chaque société a un niveau de performance qui varie fortement d’un pays à l’autre. Cela peut provenir du fait que les priorités, les mesures et les objectifs sont variables en fonction des nations. Plus elle sera développée et plus le niveau d’exigence sera élevé. Il d’ailleurs possible d’observer cette tendance si l’on se penche sur les chiffres communiqués des entités détenues par les sociétés. Nous nous apercevons que les performances ESG peuvent énormément différer. Coca-Cola HBC qui représente les pays de l’ouest européen a reçu de nombreuses distinctions37 et d’autres bonnes positions par les agences de notation ESG. Elle a reçu une distinction d’or de RobecoS AM, considéré comme leader de l’industrie des boissons pour leur Corporate Sustainability Assessment également dans le Dow Jones Sustainability Index (DJSI) pour la troisième fois. D’excellents résultats également gratifiés d’un A au Carbon Disclosure Project alors que d’autres compagnies du géant obtiennent D au CDP

6 Emploi

6.1 Coca-Cola
L’implantation de Coca Cola est souvent relevée comme un facteur décisif de développement, notamment de l’emploi, à travers toute la chaîne de valeur38, en y implantant les principes de RSE portés par Coca-Cola. Dans les pays émergents et en voie de développement, le recours prioritaire à des matières premières et des fournisseurs locaux et l’établissement de normes salariales et commerciales supérieures aux pratiques locales semblent souvent mises en avant, en accord avec les trois piliers de sa stratégie d’investissement : innovation, responsabilité sociétale et qualité39.
Coca-Cola se présente comme un acteur majeur susceptible d’apporter et de développer un modèle économique respectueux de la santé et de l’environnement dans des pays peu familiarisés avec ces réalités, par une politique de recyclage, d’utilisation responsable de l’énergie et encourageant une politique de recyclage à 100%40.
Toutefois, la dépendance économique induite n’est pas sans créer des conflits liés à l’emploi : plans sociaux brutaux, restructurations41, restrictions et non-respect des droits syndicaux42, aussi bien en Europe43, aux Etats-Unis44, qu’en Asie ou en Amérique du Sud. Une maîtrise insatisfaisante de la chaîne de valeur semble parfois également relevée, notamment en ce qui concerne le travail au noir et les conditions d’emploi45.
En regard de ces pratiques par ailleurs souvent reprochées aux multinationales, Coca-Cola se positionne également en agent du développement de l’employabilité de groupes sociaux ciblés, aussi bien dans les pays développés que dans les pays émergents, souvent en partenariat avec des ONG : programmes d’encouragement à l’emploi des jeunes46, des femmes47 et des populations déplacées dans le cadre de conflits régionaux48

6.2 PepsiCo
PepsiCo se distingue dans plusieurs pays en étant très bien placé dans divers classements de « Top Employer49 » Toutefois, la maîtrise des conditions d’emploi à travers l’ensemble de la chaîne de valeur a été violemment attaquée récemment, notamment du fait d’une collaboration avec un fournisseur controversé d’huile de palme en Indonésie, dont le contrat a été résilié50. L’impact de PepsiCo dans le développement de la formation et de l’employabilité des jeunes générations se concrétise par plusieurs partenariats avec des organismes de formation scientifiques ou techniques à travers le monde51. Cependant, des grèves ou des occupations de sites dus à des plans sociaux ou des fermetures brutales de sites de production ne sont pas inexistants, aussi bien en Europe qu’en Amérique du Sud52.

6.3 Synthèse
PepsiCo et Coca-Cola ont des démarches similaires en termes de développement actif de la formation et du marché de l’emploi (partenariats avec des ONG, programmes de formation et d’intégration). Leur statut d’employeur réputé et responsable est vastement relaté dans leur communication corporate et dans les médias. L’impact positif de Coca-Cola sur les économies locales (attention portée à la chaîne de valeur et notamment à ses conditions d’emploi, implantation d’une culture de recyclage et de responsabilité environnementale tout au long de la chaîne de valeur) semble plus important, ou en tout cas plus visible que pour PepsiCo. La visibilité négative semble notamment liée à des problématiques de droit syndical et des conséquences de restructurations caractéristiques aux multinationales, avec toutefois quelques points d’attention sur la maîtrise de la chaîne de valeur chez les deux entreprises.

7 Fiscalité, gouvernance et actionnariat

7.1 Coca-Cola
L’analyse de l’activité de Coca Cola n’est pas exempte de suspicions d’évasion et d’optimisation fiscales, même si les cas relevés semblent rares, peu récents ou en tout cas de faible couverture médiatique53. L’impact économique de son activité et la dépendance qu’elle crée au sein de communautés défavorisées est parfois relevé de manière particulièrement négative54. Partant, son immixtion et son lobbying dans les affaires politiques, notamment en ce qui concerne l’introduction de nouvelles taxes sur les boissons sucrées55, peuvent être perçus comme peu sensibles à l’intérêt collectif. En revanche, en termes de gouvernance, les organes exécutifs de la société semblent réceptifs, ou en tout cas réactifs à plusieurs résolutions d’actionnaires visant d’une part à une meilleure transparence de leur activité de lobbying56, d’autre part à la mise en relation des bonus et salaires avec l’atteinte des objectifs ESG57. D’une manière générale, Coca-Cola semble répondre de manière transparente aux différentes interrogations et résolutions de fonds éthiques sur de nombreux sujets relatifs au développement durable (nutrition et santé des consommateurs, équité salariale, objectifs environnementaux, lobbying politique, notamment)58. L’actionnariat de Coca-Cola est très éclaté, Berkshire Hathaway (Warren Buffet) en détenant un peu moins de 10%, The Vanguard Group un peu de moins de 6%59.

7.2 PepsiCo
L’implantation de PepsiCo en Irlande (notamment son centre de R&D) n’a pas été sans poser des questionnements de la régularité fiscale de ses activités notamment en regard du droit américain60. Sa réactivité par rapport aux diverses demandes d’informations et résolutions61 d’actionnaires et groupes de pression semble similaire62 (notamment sur les enjeux de nutrition et santé des consommateurs, d’environnement, et, similairement à Coca-Cola, de lobbying politique63), bien que moins référencée, que celle de Coca-Cola. Son actionnariat est similairement éclaté, The Vanguard Group en détenant environ 8%, suivi par State Street Corp (4,5%) et Black Rock (un peu moins de 3%).

7.3 Synthèse
Les positions de Coca-Cola et PepsiCo semblent très similaires dans les problématiques liées à leur poids dans le jeu du lobbying politique et dans leur approche des demandes et résolutions d’actionnaires éthiques. La composition de l’actionnariat est similaire par son côté éclaté.

8 Conclusion et préconisations
De manière générale, les efforts de PepsiCo en termes de durabilité semblent moins visibles que CocaCola. Même si la communication et les objectifs publics des deux entreprises laissent entendre une implication profonde au profit des enjeux ESG, leur comportement sur le terrain, notamment dans les pays en voie de développement et la question de leur loyauté et de leur honnêteté dans le travail de lobbying, mais aussi de partenariats (intéressés) avec certaines ONG, même si les projets soutenus sembles louables, méritent d’être mis en question.
Ainsi, en communication institutionnelle, les deux géants de l’agro-alimentaire ont un comportement proactif, fixant des objectifs ambitieux et maximalistes, allant plus loin que les normes et les lois. Dans les faits, aussi bien PepsiCo que Coca-Cola ont un comportement réactif, se limitant bien souvent à améliorer des situations insatisfaisantes ou scandaleuses en se cachant derrière le fait d’avoir suivi les prescriptions légales minimales. Le placement sur le curseur proactif > réactif doit ainsi bien faire l’objet d’une correction à la lumière de la réalité.
En termes de comportement face aux investisseurs, les deux entreprises adoptent un comportement également réactif, bien que souvent transparent et suivi d’action. Il ne peut pas, ainsi, leur être fait reproche d’indifférence. Plus avant, la question de la durabilité de produits nutritionnellement « inutiles » en tant que tels (snacks, boissons sucrées), à plus forte raison dans des pays en voie de développement, peut porter sur un terrain moral qu’il nous paraît malaisé d’aborder dans une perspective d’investissement.
En conclusion, les deux entreprises peuvent faire l’objet d’un investissement responsable, à condition d’entretenir un monitoring rapproché et engagé sur les questions de santé, d’environnement, d’emploi et de gouvernance (lobbying notamment dans le travail politique et des ONG), avec un focus particulier sur leur comportement dans les pays en voie de développement. Un actionnariat actif, engagé et vigilant nous paraît donc être une condition indispensable à tout investissement responsable dans ces deux sociétés. Investir en toute confiance et sans engagement actif ne nous paraît pas envisageable à la lumière des faits établis dans le présent travail.

 

Notes de bas de page dans l’ordre d’apparition

1 L’OBS, 2003

2 L’OBS

3 LE PARISIEN, 2014

4 PRAKASH, Pierre, 2004

5 BOUISSOU, Julien, 2011

6 SOUSA, Alain, 2015

7 RFI, 2014

8 LE PARISIEN, 2014

9 HERAUD, Béatrice, 2009

10 D’ALLARD Marion, 2016 & ROPERT, Nicolas, 2016

11 COCA-COLA – SUSTAINABILITY, 2016

12 COCA-COLA – MEXIQUE, 2017

13 OMS, 2017

14 OMS, 2013

15 LES FURETS, 2017

16 DEWERTE – DE BISSCHOP, Valérie, 2016

17 PEPSICO – SUSTAINABILITY REPORTING, 2016 & COCA-COLA, SUSTAINABILITY, 2016

18 MRMONDIALISATION, 2017

19 PLANT BOTTLE, 2014

20 MADE IN CHINA, 2018

21 SAMAA WEB DESK, 2017

22 BROWN, Tisha, 2018

23 McCLENAGHAN, Maeve, 2017

24 ROSS, Alice, 2017

27 THE COCA COLA COMPANY, 2016

28 CALVAYRAC, Laurent, 2011

29 SCHWAB, Katharine, 2018

30 PEPSICO PLASTICS, 2017

31 GREENPEACE, 2017

32 CLIMATE ACTION, 2018

33 ALEX, 2016

34 COCA-COLA, 2017

35COCA-COLA, 2016

36 PEPSICO GHG, 2017

37 CSR HUB, 2017

38 LA NOUVELLE TRIBUNE, 2017

39 LEMAIZI, Salaheddine, 2017

40 NOTIMEX, 2017

41 POPULAR, 2017

42 OLEA, Ronalyn V., 2012 & INTERNATIONAL UNION OF FOODS – COCA COLA, 2018

43 AFP, 2018 & CATTANEO, 2018

44 HARRIS, Amy Julia, WALTER, Shoshana, 2017 & BROWN, Elizabeth Nolan, 2017

45 MILMO, Cahal, WASLEY, Andrew, 2012

46 COCA-COLA HELLENIC ARMENIA, 2017

47 EUROPA PRESS, 2018

48 AUDI David, 2017

49 PEPSICO, 2017

50 YI, Beh Lih, 2018, FAST COMPANY, 2016, MUI RACHEL, 2017

51 PEPSICO, 2018 & MURPHY, Cliona, 2018

52 INTERNATIONAL UNION OF FOODS – PEPSICO, 2018 & COZZARELLI, Tatiana, 2017

53 ASSOCIATED PRESS, 2015

54 ROSELLO, Antoine, 2018

55 SWISSINFO, 2017

56 BURR, Barry B., 2016

57 NEI INVESTMENTS, 2012 & HARDCASTLE, Jessica Lyons, 2016

58 ETHICAL FUNDS – COCA COLA, 2017

59 MORNINGSTAR – COCA COLA, 2018

60 O’DRISCOLL, Scott, 2007.

61 KROPP, Robert, 2009

62 ETHICAL FUNDS – PEPSICO, 2017

63 SWISSINFO, 2017

 

BIBLIOGRAPHIE

7sur7, 2018. Sodastream à nouveau traduit en justice par Coca-Cola, Danone, Nestlé et Spadel. 7sur7 [en ligne]. 28 janvier 2018 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1536/Economie/article/detail/3353738/2018/01/26/Sodastream-anouveau-traduit-en-justice-par-Coca-Cola-Danone-Nestle-et-Spadel.dhtml
AFP, 2018. Coca Cola : des grèves bloquent des usines en France. France Soir [en ligne]. 14 février 2018 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.francesoir.fr/actualitesfrance/coca-cola-des-greves-bloquent-des-usines-en-france
ALEX, 2016. Coca-Cola : A Major Part of the Problem, but Working to a Solution. Harvard Business School Courses [en ligne]. 4 novembre 2016 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse: https://rctom.hbs.org/submission/coca-cola-a-major-part-of-the-problem-but-working-to-a-solution/
ASSOCIATED PRESS, 2015. Coca-Cola hit with $3.3bn bill for back taxes. The Telegraph [en ligne]. 18 septembre 2015 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/retailandconsumer/11876253/Coca-Cola-hitwith-3.3bn-bill-for-back-taxes.html
AUDU, David, 2017. Coca-Cola Trains Internally Displaced Women on Micro-Business. Independent Nigeria [en ligne]. 27 décembre 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://independent.ng/coca-cola-trains-internally-displaced-women-micro-business/
BOLLYWOOD HUNGAMA NEWS NETWORK, 2017. On World Food Day, Kiara Advani joins Quaker India and Smile Foundation to pledge support to “Feed a Child” Campaign. Bollywood Hungama [en ligne]. 16 octobre 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.bollywoodhungama.com/news/features/world-food-day-kiara-advani-joins-quaker-indiasmile-foundation-pledge-support-feed-child-campaign/
BOUISSOU, Julien, 2011. Coca-Cola au centre de conflits sur l’eau en Inde. Le Monde [en ligne]. 4 mars 2011 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/03/04/coca-cola-au-centre-de-conflits-sur-l-eau-eninde_1488352_3244.html
BRIGHTMORE, Dan, 2018. This Is Forward: Inside Sustainability at Coca-Cola European Partners. Food, Drink & Franchise [en ligne]. 6 février 2018 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.fdfworld.com/drink/forward-inside-sustainability-coca-cola-european-partners
BROWN, Elizabeth Nolan, 2017. The Real “Modern Slavery”? Inside America’s Court-Ordered Corporate Labor Camps. Reason [en ligne]. 5 octobre 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://reason.com/blog/2017/10/05/human-trafficked-by-uncle-sam
BROWN, Tisha, 2018. Coca-Cola Released Their Global Plastics Plan – Did They Pass The Test? Greenpeace [en ligne]. 19 janvier 2018 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse: https://www.greenpeace.org.uk/coca-cola-released-global-plastics-plan-pass-test/
18

BURR, Barry B., 2016. 5 companies to disclose political spending following N.Y. State Common proposals. Pensions and Investments [en ligne]. 23 mars 2016 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.pionline.com/article/20160323/ONLINE/160329942/5-companies-to-disclosepolitical-spending-following-ny-state-common-proposals
CALVAYRAC, Laurent, 2011. Pepsi, une bouteille 100% écologique. L’emballage écologique [en ligne]. 18 mars 2011 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://lemballageecologique.com/2011/03/18/pepsi-une-bouteille-100-pour-100-ecologique/
CATTANEO, Tommy, 2018. Les salariés de l’usine Coca-Cola des Pennes-Mirabeau sont en grève depuis plus de deux semaines. France Bleu [en ligne]. 1er mars 2018 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/les-salaries-de-l-usine-cocacola-des-pennes-mirabeau-sont-en-greve-depuis-plus-de-deux-semaines-1519926552
CLIMATE ACTION, 2018. 11 companies pledge to recycle 100% packaging. Climate Action Programme [en ligne]. 24 janvier 2018 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.climateactionprogramme.org/news/11-leading-companies-pledge-to-recycle-100-percent
COCA-COLA – MEXIQUE, 2017. Mexique : The Coca-Cola Company s’engage pour l’eau. Coca-Cola [en ligne]. 16 août 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.coca-colafrance.fr/stories/mexique-the-coca-cola-company-s-engage-pour-l-eau
COCA-COLA HELLENIC ARMENIA, 2017. Coca-Cola Hellenic Armenia launches a 3-year youth empowerment program. Coca Cola Hellenic Armenia [en ligne]. 20 décembre 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://am.coca-colahellenic.com/en/media/news/coca-colahellenic-armenia-launches-a-3-year-youth-empowerment-program/
COCA-COLA– SUSTAINABILITY, 2016. 2016 Sustainability Report. Coca Cola [en ligne]. Disponible à l’adresse: http://www.coca-colacompany.com/sustainability
COCA-COLA, 2016. Cooling Equipment : Pushing Forward with HFC-Free. Coca-Cola [en ligne]. 20 septembre 2016 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse. http://www.cocacolacompany.com/stories/cooling-equipment-pushing-forward-with-hfc-free
COCA-COLA, 2017. L’emballage en PET de demain : voici la toute nouvelle PlantBottle. Coca-Cola [en ligne]. 16 mai 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://fr.cocacola.ch/stories/plantbottle-embellage-en-pet-de-demain
COZZARELLI, Tatiana, 2017. Argentine PepsiCo Workers Fought Shutdown with Factory Occupation. Labor Notes [en ligne]. 20 juillet 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.labornotes.org/blogs/2017/07/argentine-pepsico-workers-fought-shutdown-factoryoccupation
CSR HUB, 2017. The Coca-Cola Company CSR Ratings. CSR Hub [en ligne]. Octobre 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.csrhub.com/CSR_and_sustainability_information/The-Coca-Cola-Company
19

D’ALLARD, Marion, 2016. Gaza. L’ouverture d’une usine Coca-Cola menace les ressources en eau. L’Humanité [en ligne]. 23 février 2016 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://humanite.fr/gaza-louverture-dune-usine-coca-cola-menace-les-ressources-en-eau-599972
DEWERTE – DE BISSCHOP, Valérie, 2016. Lutte contre l’obésité : PepsiCo s’engage en réduisant sucres et gras. Consoglobe [en ligne]. 18 octobre 2016 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.consoglobe.com/lutte-contre-obesite-pepsico-sengage-en-reduisant-sucres-gras-cg
DUMAINE, Brian, 2015. The water conservation challenge of Coke vs. Pepsi. Fortune [en ligne]. 20 août 2015 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://fortune.com/2015/08/20/coca-colavs-pepsi/
ETHICAL FUNDS – COCA COLA, 2017. Coca-Cola. Ethical Funds [en ligne]. 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.ethicalfunds.com/fr/dialogues-de-la-societe/coca-cola/
ETHICAL FUNDS – PEPSICO, 2017. PepsiCo. Ethical Funds [en ligne]. 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse https://www.ethicalfunds.com/fr/dialogues-de-la-societe/pepsico/
EUROPA PRESS, 2018. Coca-Cola y Cruz Roja ayudan mujeres de Zaragoza a mejorar su empleabilidad. Heraldo [en ligne]. 18 février 2018 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.heraldo.es/noticias/aragon/zaragoza-provincia/zaragoza/2018/02/18/coca-cola-cruzroja-ayudan-mujeres-zaragoza-mejorar-empleabilidad-1225584-301.html
FAST COMPANY, 2016. Protesters face off with PepsiCo CEO Indra Nooyi. Fast Company [en ligne]. 1er novembre 2016 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.fastcompany.com/4023608/protesters-face-off-with-pepsico-ceo-indra-nooyi-overlabor-violations-on-palm-oil-plantations
GREENPEACE, 2017. Bottling it: the failure of major soft drinks companies. Greenpeace [en ligne]. 20 avril 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.greenpeace.org/canada/Global/canada/file/2017/04/Bottling-It_FINAL.pd
HARDCASTLE, Jessica Lyons, 2016. Why Most Companies Don’t Link ESG Performance to Executive Pay. Environmental Leader [en ligne]. 29 janvier 2016 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.environmentalleader.com/2016/01/why-most-companies-dont-link-esgperformance-to-executive-pay/
HARRIS, Amy Julia, WALTER, Shoshana, 2017. Inside a judge’s rehab: Unpaid work at a local Coca-Cola plant. Reveal News [en ligne]. 4 décembre 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.revealnews.org/article/inside-a-judges-rehab-unpaid-work-at-a-local-coca-cola-plant/
HERAUD, Béatrice, 2009. Coca-Cola en Inde : La bataille de l’eau. Novethic [en ligne]. 15 avril 2009 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.novethic.fr/actualite/environnement/eau/isr-rse/coca-cola-en-inde-la-bataille-de-l-eau120002.html
INTERNATIONAL UNION OF FOODS – COCA COLA, 2018. IUF affiliates call on Coca-Cola to stop its zero rights regime in Indonesia. Iuf.org [en ligne]. 24 février 2018 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.iuf.org/ccww/
20

INTERNATIONAL UNION OF FOODS – PEPSICO, 2018. UK: Hundreds to lose jobs as PepsiCo bottler Britvic proposes to shut down Norwich factory. Iuf.org [en ligne]. 11 janvier 2018 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.iuf.org/show.php?lang=en&tid=86
KROPP, Robert, 2009. PepsiCo Agrees to Policy Respecting Human Right to Water. Social Funds [en ligne]. 28 avril 2009 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.socialfunds.com/news/save.cgi?sfArticleId=2684
L’OBS, 2003. Coca et Pepsi interdits à la vente en Inde? L’Obs [en ligne]. 7 août 2003 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.nouvelobs.com/monde/20030806.OBS4505/coca-etpepsi-interditsa-la-vente-en-inde.html
L’OBS, 2004. Coca-Cola vend de l’eau du robinet. L’Obs [en ligne]. 8 mars 2004 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.nouvelobs.com/economie/20040302.OBS5214/coca-colavend-de-l-eau-du-robinet.html
LA NOUVELLE TRIBUNE, 2017. Le système Coca Cola, facteur de développement économique national. La Nouvelle Tribune [en ligne]. 30 octobre 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://lnt.ma/systeme-coca-cola-facteur-de-developpement-economique-national/
LE PARISIEN, 2014. Coca-Cola consomme trop d’eau en Inde. Le Parisien [en ligne]. 21 juin 2014 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.leparisien.fr/espacepremium/actu/coca-cola-consomme-trop-d-eau-en-inde-21-06-2014-3940583.php
LEMAIZI, Salaheddine, 2017. Coca-Cola vante ses priorités. Les Eco [en ligne] 30 octobre 2017. [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.leseco.ma/business/61024-coca-colavante-ses-priorites.html
LES FURETS, 2017. Obésité : l’OMS veut taxer les boissons sucrées. Les Furets [en ligne]. 1er juin 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.lesfurets.com/mutuellesante/actualites/oms-taxer-boissons-sucrees
MADE IN CHINA, 2018. Coca-Cola Aims to Recycle All Packaging by 2030. Made in China [en ligne]. 23 janvier 2018 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://resources.made-inchina.com/article/industry-view/NMSnPpiBXxHb/Coca-Cola-Aims-to-%20Recycle-All-Packaging-by2030/
McCLENAGHAN, Maeve, 2017. Investigation : Coca Cola and the « fight back” against plans to tackle plastic waste. Unearthed [en ligne]. 25 janvier 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse: https://unearthed.greenpeace.org/2017/01/25/investigation-coca-cola-fight-back-plans-tackle-plasticwaste/
MILMO, Cahal, WASLEY, Andrew, 2012. The hard labour behind soft drinks. The Independent [en ligne]. 24 février 2012 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.independent.co.uk/life-style/food-and-drink/features/the-hard-labour-behind-softdrinks-7440046.html

21

MORNINGSTAR – COCA COLA, 2018. Coca-Cola Co. Major Shareholders. Morning Star [en ligne]. Consulté le 12 mars 2018. Disponible à l’adresse : http://investors.morningstar.com/ownership/shareholdersmajor.html?t=KO&region=usa&culture=en-US&ownerCountry=USA
MORNINGSTAR – PEPSICO, 2018. PepsiCo. Major Shareholders. Morning Star [en ligne]. Consulté le 12 mars 2018. Disponible à l’adresse : http://investors.morningstar.com/ownership/shareholdersmajor.html?t=PEP
MRMONDIALISATION, 2017. 100 milliards de bouteilles : la guerre fait rage contre Coca-Cola. Mr Mondialisation [en ligne]. 18 avril 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://mrmondialisation.org/la-guerre-fait-rage-contre-coca-cola/
MUI, Rachel, 2017. IndoAgri says operations adhere to sustainability practices and labour laws. Business Times [en ligne]. 26 janvier 2018 [Consulté le 26 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.businesstimes.com.sg/companies-markets/indoagri-says-operations-adhere-tosustainability-practices-and-labour-laws
MURPHY, Cliona, 2018. US Business in Ireland: PepsiCo thrives – and gives back. Irish Examiner [en ligne]. 11 février 2018. [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.irishexaminer.com/breakingnews/business/us-business-in-ireland-pepsico-thrives-andgives-back-827539.html
NEI INVESTMENTS 2012. Shareholder Resolution. Coca-Cola. Linkage of Executive Compensation to ESG Objectives. NEI Investments [en ligne]. 2012 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.neiinvestments.com/documents/ShareholderResolutions/2012/Shareholder%20Resoluti on%20Coca-Cola.pdf
NOTIMEX, 2017. Coca Cola genera más de 97 mil empleos directos en México. Diario Rotativo [en ligne]. 15 octobre 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://rotativo.com.mx/noticias/nacionales/658456-coca-cola-genera-97-mil-empleos-directos-enmexico/
O’DRISCOLL, Scott, 2007. Pepsi in $100m tax evasion case over Cork product. Irish Times [en ligne]. 7 juin 2007 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.irishtimes.com/business/pepsi-in-100m-tax-evasion-case-over-cork-product-1.1209313
OLEA, Ronalyn V., 2012. Coca-Cola Philippines: les employés dénoncent. Alterasia [en ligne]. 30 mars 2012 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.alterasia.org/201203301424/coca-cola-philippines-les-employes-denoncent-desatteintes-aux-droits-des-travailleurs/
OMS, 2013. Ensemble de recommandations sur la commercialisation des aliments et des boissons non alcoolisées destinés aux enfants. Organisation Mondiale de la Santé [en ligne]. 15 septembre 2013 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/44421/9789242500219_fre.pdf;jsessionid=A9E32F0 3F9298D25EAA96E6275B8034B?sequence=1
22

OMS, 2017. 10 faits sur l’obésité. Organisation Mondiale de la Santé [en ligne]. Mai 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.who.int/features/factfiles/obesity/fr/
OUEST France, 2018. Pepsi, Kellogg’s, Ferrero… Ces multinationales qui refusent de dire d’où vient leur huile de palme. Ouest France [en ligne]. 19 mars 2018 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.ouest-france.fr/environnement/pepsi-kellogg-s-ferrero-ces-multinationalesqui-refusent-de-dire-d-ou-vient-leur-huile-de-palme-5631136
PEPSICO – GHG, 2017. Progress in Reducing GHG Emissions. PepsiCo [en ligne]. 2 juin 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.pepsico.com/live/story/progress-in-reducingghg-emissions
PEPSICO – PLASTICS, 2017. PepsiCo joins New Plastics Economy Initiative as Core Partner. Pepsico [en ligne]. 18 mai 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse: http://www.pepsico.com/live/pressrelease/pepsico-joins-new-plastics-economy-initiative-as-corepartner05182017
PEPSICO – SUSTAINABILITY REPORTING, 2016. 2016 Sustainability Reporting. Pepsico [en ligne]. Disponible à l’adresse: http://www.pepsico.com/sustainability/sustainability-reporting
PEPSICO, 2017. PepsiCo France confirme son statut d’employeur attractif en se hissant à la 3ème place du classement Top Employer 2017. PepsiCo [en ligne]. 23 février 2017 [Consulté le 26 mars 2018]. Disponible à l’adresse: https://www.pepsico.fr/CommuniquePresse/PepsiCo_France_se_hisse_3eme_place_du_classement_ Top_Employeur.pdf
PEPSICO, 2018. City Colleges of Chicago and PepsiCo Partner to Offer Students a Pathway to Careers in Transportation, Distribution and Manufacturing. Fox 5 [en ligne]. 13 mars 2018 [Consulté le 26 mars 2018]. Disponible à l’adresse: http://www.fox5vegas.com/story/37712293/city-colleges-of-chicagoand-pepsico-partner-to-offer-students-a-pathway-to-careers-in-transportation-distribution-andmanufacturing
PLANT BOTTLE, 2014. Nous vous présentons : La bouteille PlantBottle. Plant Bottle [en ligne]. 2014 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.plantbottle.info/chfr/index.shtml
POPULAR, 2017. Ante amenaza de despidos, los Camioneros hacen paro. Popular [en ligne]. 12 septembre 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.diariopopular.com.ar/gremios/ante-amenaza-despidos-los-camioneros-hacen-paron319941
PRAKASH, Pierre, 2004. En Inde, Coca-Cola donne soif aux paysans. Libération [en ligne]. 22 avril 2004 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.liberation.fr/terre/2004/04/22/eninde-le-coca-donne-soif-aux-paysans_476894

23

RAINFOREST ACTION NETWORK, 2017. Profits over people and planet: not “performance with purpose” Rainforest Action Network [en ligne]. 27 avril 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse: https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/rainforestactionnetwork/pages/17708/attachments/original/ 1493246815/RAN_PepsiCo_Profits_Over_People_Planet.pdf?1493246815
RFI, 2014. Inde : Coca-Cola accusé de dilapider l’eau des agriculteurs. RFI [en ligne]. 20 juin 2014 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.rfi.fr/ameriques/20140620-inde-cocacola-accuse-dilapider-eau-agriculteurs-%C3%A9cologie-industrie
ROPERT, Nicolas, 2016. Polémique sur l’eau consommée par une usine Coca-Cola à Gaza. RTS [en ligne]. 8 décembre 2016 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.rts.ch/info/economie/8226698-polemique-sur-l-eau-consommee-par-une-usine-cocacola-a-gaza.html
ROSELLO, Antoine, 2018. L’emprise de Coca Cola au Mexique. Espoir Chiapas [en ligne]. 9 février 2018 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://espoirchiapas.blogspot.ch/2018/02/lemprise-de-coca-cola-au-mexique.html
ROSS, Alice, 2017. Supermarkets and drink giants lobbying against recycling rules, letters reveal. Unearthed [en ligne]. 6 novembre 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse: https://unearthed.greenpeace.org/2017/11/06/packaging-industry-lobbying-recycling-rules-lettersreveal/
SAMAA WEB DESK, 2017. Coca-Cola « increases production of plastic bottles by a billion”. Samaa [en ligne]. 4 octobre 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse: https://www.samaa.tv/economy/2017/10/coca-cola-increases-production-plastic-bottles-billion/
SCHWAB, Katharine, 2018. Pepsi Redesigns The Water Bottle. Fastcodesign [en ligne]. 15 février 2018 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.fastcodesign.com/90160623/pepsiredesigns-the-water-bottle
SCHWARTZ, Ariel, 2010. Sustainability Faceoff: Coca-Cola vs. PepsiCo. Fast Company [en ligne]. 14 mai 2010 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.fastcompany.com/1646746/sustainability-faceoff-coca-cola-vs-pepsico
SMALLEY, Gabe, 2017. PepsiCo’s Greenwash : All Talk, No Action. Rainforest Action Network [en ligne]. 14 août 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.ran.org/pepsico_greenwash_all_talk_no_action
SOUSA, Alain, 2015. Au Mexique, la population manque d’eau potable mais Coca-Cola prospère. Reporterre [en ligne]. 27 avril 2015 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://reporterre.net/Au-Mexique-la-population-manque-d
SWISSINFO, 2017. Combattue par Coca et Pepsi, la taxe sodas essuie un gros revers. Swiss Info [en ligne]. 20 octobre 2017 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.swissinfo.ch/fre/combattue-par-coca-et-pepsi–la-taxe-sodas-essuie-un-grosrevers/43613478
24

THE COCA-COLA COMPANY, 2016. The Coca-Cola Company Is Now a Core Partner of the New Plastics Economy. The Coca-Cola Company [en ligne]. 27 septembre 2016 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse : http://www.coca-colacompany.com/stories/the-coca-cola-company-new-corepartner-of-the-new-plastics-economy
WWF, 2017. Palm Oil Buyers Scorecard. World Wildlife Fund [en ligne]. 2 février 2017 [Consulté le 25 mars 2018]. Disponible à l’adresse: http://palmoilscorecard.panda.org/file/WWF_Palm_Oil_Scorecard_2016.pdf
YI, Beh Lih, 2018. PepsiCo cuts ties with palm oil supplier over labor abuse claims. Reuters [en ligne]. 24 janvier 2018 [Consulté le 12 mars 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.reuters.com/article/us-indonesia-palmoil-labour/pepsico-cuts-ties-with-palm-oilsupplier-over-labor-abuse-claims-idUSKBN1FD1UE

i. chaignat a. ferguson // 24.05.2018

Comments are closed.

print