Green Voucher: étude de faisabilité

  1. PRÉSENTATION DE L’EVALUATION

Dans ce dossier, vous trouverez la présentation du travail d’étude de faisabilité d’un nouveau produitde finance durable : le « green voucher ». Ce produit financier présente des enjeux dans les trois composantes définissant le management durable : l’environnement, L’économie et la société.

L’approche de ce produit financier s’oppose aux vues archaïques de M. Friedman selon qui la seule responsabilité sociale d’une entreprise est d’augmenter ses profits. A place nous préférons la vue plus actuelle de E. Freeman qui prône la considération des parties prenantes. Dans cette optique le produit financier vise à favoriser la rencontrer des investisseurs (donateurs) et des porteurs de projet (hôtels) dans le domaine de l’hôtellerie et ayant comme dénominateur commun la durabilité.

Nous nous sommes efforcés de considérer les exigences de l’exercice en incluant dans la présentation de notre projet les points suivants :

  • Présentation de l’univers d’investissement
  • Définition de critères, ressources, données, notation, mesures d’impact
  • Définition de la taille et localisation géographique du marché
  • « Profiling » de l’investisseur cycle
  • Présentation des instruments et arguments de vente
  • Niveau de rendement et de risques attendus

Enfin, nous avons porté une attention particulière à établir une description simple, concise et structurée.

 

2. L’UNIVERS D’INVESTISSEMENT

2. 1 Présentation du contexte

En suisse le taux d’occupation moyen annuel des hôtels est de 52%1. Ceci implique donc que 48% des nuitées (chambres) sont invendues. Prenant en compte le prix moyen d’une chambre d’hôtel en Suisse correspondant à 93.37CHF/chambre/nuit2, nous pouvons estimer un manque à gagner annuel de 2 milliards de francs suisse dans le domaine du tourisme.

De plus un client sur deux3 est sensible au développement durable lors de la sélection de l’établissement hôtelier. Les hôteliers quant à eux se disent prêt à initier des démarches vers un développement durable, et n’ont comme opposition que les marges faibles que le secteur hôtelier engendre. L’investissement de départ reste souvent la barrière principale à tout développement de projet durable.

Enfin, il est également important de signaler que le chiffre d’affaire est dépendant des OTA (Online Travel Agencies) telles que booking.com à hauteur de 34.2%4 avec une commission allant jusqu’à 25% du prix d vente de la chambre. Ceci est clairement indiqué dans le graphique ci-dessous.

Ces quelques indicateurs de mesure sont autant de signes indicateurs et chemins pouvant être suivis par l’industrie hôtelière pour assurer sa propre pérennité au dépend de nouveaux concepts d’hébergement : AirBnB et autres CtoC solutions. En effet, il est possible d’imaginer une plateforme permettant à la fois de financer les projets durables tout en respectant des critères ESG (environnement, sociaux et de gouvernances) bien précis et également de diminuer le nombre de nuitées invendues.

2.2 Concurrence

Il n’existe aucune plateforme de crowdfunding spécialement dédiée à l’hôtellerie et ayant pour vocation le financement de projets durables en contrepartie de nuitées pouvant soit être échangées ou revendues. Cependant, des plateformes de crowdinvesting actives dans le private equity ou de crowdinvesting immobilier existent et permettent aux investisseurs de recevoir une compensation financière et devenir propriétaires immobiliers du bien hôtelier. Une autre plateforme utilise la blockchain et crée un token ; « LOC ». Cette monnaie virtuelle permet aux voyageurs de réserver sans commission dans les hôtels inscrit sur la plateforme.

2.3 Analyse PESTEL

Afin de présenter l’industrie et les forces pouvant influer sur le produit nous avons opté pour une analyse PESTEL présentant la situation Politique, Economique, Sociale, Technologique, environnementale et légale de la suisse. En effet, l’analyse révèle que la suisse offre une localisation géographique, une volonté écologique et un pouvoir d’achat idéal, pour ce projet. Il est essentiel de ne pas oublier que l’industrie hôtelière est une sous-industrie de l’industrie du voyage et du tourisme. Le tourisme a aujourd’hui une résonnance mondiale et une variété de facteurs peuvent donc influer sur l’industrie. Que les consommateurs soient exogènes ou endogènes à la Suisse ils ont tous des exigences culturelles et personnelles qui dicterons leurs décisions dans le processus de voyage, de réservation et donc d’investissement.

2.3.1 Paysage Politique

L’accord Schengen a favorisé un mouvement plus simple au sein de 25 pays incluant la Suisse. Facilitant voir rendant obsolète l’obtention de visa et réduisant le coût du voyage, un nouveau dynamisme s’est instauré au sein de la Zone Européenne. 16 des pays de L’UE utilisent la même monnaie qui s’est appréciée contre le francs suisse au cours de ces derniers mois. Ceci implique donc un pouvoir d’achat plus élevé qu’auparavant. Toutefois la Suisse reste un pays cher pour nos voisins Européens.

Selon la Banque Mondiale, la Suisse est restée très performante avec des indicateurs de gouvernance mondiale entre 91.8% et 100% dans tous les paramètres5. Ceci porte la Suisse à la 5ème position sur le rang mondial en termes de critères de durabilité ESG (Environnement, Social et gouvernance)6.

2.3.2 Paysage Économique

La Suisse se classe parmi les économies les plus compétitives du monde, avec un PIB réel en 2017 d’environ 679 Millions USD correspondant à un PIB par habitant de 80’642 USD, l’un des plus élevés au monde. Avec des politiques monétaires et fiscales prudentes en place, le pays a survécu à la récession économique beaucoup mieux que beaucoup de ses voisins européens et démontre aujourd’hui des signes très positifs de reprise. Le taux de chômage non corrigé en Suisse a légèrement diminué à 3,2% en février 2018. Il s’agit du taux de chômage le plus bas depuis novembre 2017 alors que le taux de chômage en Suisse a été en moyenne de 3,33% entre 1995 et 2018.

2.3.3 Paysage Social

Selon l’organisation mondiale de la santé, la Suisse se classe 2ème sur 187 pays en termes d’espérance de vie avec une espérance de 83,2 ans.

Selon un communiqué de l’entreprise de consultation Mercer, la Suisse reste en 2015 très bien représentée parmi les villes avec la meilleure qualité de vie. Zurich est 2ème, tandis que Genève 8ème et Berne 13ème. A l’égard de Zurich, les experts apprécient «la proximité de l’aéroport, les transports publics et la quasi-absence de pollution de l’air que citent de nombreux expatriés ». Le niveau élevé des salaires favorise le développement personnel et la poursuite d’idéaux.

2.3.4 Paysage Technologique

Pour la 6ème année consécutive, la Suisse est la meilleure au monde en matière d’innovation. Ceci est principalement dû à 5 points :

  1. Une nation d’inventeurs avec 873 brevets par million d’habitants
  2. Instituts de recherche de classe mondiale
  3. Investissements des multinationales présentes en Suisse
  4. Des employés hautement qualifiés venant de l’étranger
  5. Des projets d’innovation verte de haut niveau : l’avion solaire suisse Solar Impulse a attiré l’attention du monde entier et de longue date sur la recherche de solutions durables pour le voyage

“L’objectif est de développer un symbole fort capable de promouvoir de manière attrayante l’esprit pionnier et l’innovation, de motiver les gens à se fixer des objectifs ambitieux, en particulier dans le domaine des énergies propres et renouvelables”, explique Bertrand Piccard. Solar Impulse est unique en son genre, mais il existe également d’autres projets plus concrets axés sur la durabilité.

2.3.5 Paysage Environnemental

Hormis l’eau et le bois, la Suisse n’a pas de ressources naturelles énergétiques. Elle importe donc 77% de sa consommation sous forme de pétrole, de gaz naturel, de charbon et de combustibles nucléaires. En 2015, la production d’électricité indigène provient des centrales hydroélectriques (59,9%) et des cinq centrales nucléaires du pays (33,5%). Environ 6,6% est généré par les modes de production alternatifs (éolien, solaire, incinération d’ordures, biogaz). Dans le cadre de sa nouvelle politique énergétique, le pays prévoit d’augmenter la part des énergies renouvelables dans l’énergie totale consommation de 16% en 2005 à 24% en 2020. Les émissions de dioxyde de carbone sont élevées mais sont en décroissance depuis 2013 avec 4.01 tonnes par habitant en 2017 et une prévision décroissante à 3.55 tonnes pour 20207. Grâce à ses décisions politiques actuelles et aux mesures qu’elle est en train d’introduire, la Suisse trace un cap pour l’avenir de l’environnement. Ce faisant, elle devra utiliser les opportunités les objectifs internationaux contraignants de réduction des GES, ainsi que les opportunités nationales et locales telles que l’amélioration des habitats naturels ou des formes de gestion respectueuses de l’environnement8.

2.3.6 Paysage Légal

Grâce à son expertise dans le secteur de l’environnement, à son cadre favorable et à un secteur financier solide doté d’un savoir-faire exceptionnel, la Suisse dispose d’un potentiel d’avantage concurrentiel à long terme dans le domaine des investissements durables. Les cadres juridiques, réglementaires et politiques généraux en Suisse englobent un nombre croissant de textes juridiques et d’énoncés de politique concernant la durabilité.

 

3. PRODUIT FINANCIER DURABLE

3.1 Plateforme

HOSP sera une plateforme internet basée sur le financement participatif (crowdfunding), réunissant des investisseurs (donateurs) et des hôtels autours de deux axes : la durabilité et le voyage. Cette plateforme sera réalisée par des spécialistes en web plateformes tels que « We Can Fund. ». Les donateurs devront s’enregistrer permettant ainsi de capturer des informations telles que les coordonnées, âge, moyen de paiement, etc… Ceci permettra une utilisation récurrente simplifiées pour le financement de projets durables / achat de nuitées. Les hôtels quant à eux devront s’enregistrer, avec un référant au sein de l’entreprise pouvant expliquer en détail la nature du projet durable et ainsi réaliser une auto-évaluation.

3.1.2 Fonctionnement de la plateforme

HOSP mettra en relation des donateurs avec des hôtels voulant réaliser un ou plusieurs projets durables. Les donateurs auront en contrepartie des greenvouchers qui sont des nuitées réservées à certaines périodes prédéfinies par l’hôtel émetteur. La communauté de donateurs HOSP se verra offrir la possibilité d’échanger les greenvouchers en leurs possession ou alternativement de les revendre au à un prix en-deçà ou égal au prix d’émission original.

Le schéma ci-dessous montre les flux intrants et extrants de la plateforme ainsi que les mécanismes de fonctionnement :

 


 
 

Le donateur pourra choisir le projet durable à soutenir en sélectionnant, au travers d’un calendrier de réservations, le nombre et dates des nuitées de son choix. Le système incrémentera automatiquement les nuitées sélectionnées donnant ainsi la valeur de son investissement pour un projet spécifique. La motivation première est donc celle d’un voyageur écotouriste voulant d’une part trouver des prix intéressants et d’autre part financer un projet durable.

L’hôtel décidera sur combien d’années il désire financer son projet durable et mettra ainsi le nombre de nuitées nécessaires à disposition. L’investisseur aura au travers de son compte la possibilité de visualiser la composition de son portefeuille de greenvouchers et pourra céder ou échanger ceux-ci selon son bon vouloir.

3.2.1 L’hôtel et son projet durable

Les hôtels concernés sont ceux désirant effectuer des démarches durables concrètes et améliorer leurs images. Pour ce faire ils pourront soumettre, pour financement, un projet respectant les critères ESG tels que décris au point 5.

La soumission implique :

  • La description transparente et précise du projet qui sera accessible par l’investisseur
  • La détermination du montant des fonds à récolter et sa limite temporelle définie par une option court terme, moyen terme ou long terme
    • L’option à court terme permet de récolter la somme requise dans un laps de temps de 60 jours et de rembourser l’intégralité de la somme si le montant des fonds requis n’est pas Cette option aura pour effet, de faire pression sur l’hôtel qui s’efforcera de communiquer de manière efficace.
    • Les options à moyen et long terme, permettent de récolter la somme requise en augmentant la contrainte temporelle de 60 jours à un maximum de 120 Cependant, l’hôtel devra s’engager à injecter l’équivalent du delta entre les fonds obtenus et les fonds nécessaires pour le projet si les 120 jours étaient atteints. Aucun remboursement ne sera effectué aux donateurs. Le choix entre ces deux options sera clairement indiqué sur la plateforme.

L’établissement décidera du nombre de greenvouchers à émettre pour atteindre le montant des fonds à récolter et la valeur monétaire en échange. A noter que cette valeur monétaire doit correspondre au tarif le plus bas pour la catégorie de chambre proposée dans le greenvoucher.  

Par exemple, si la levée de fonds pour la réalisation d’un projet durable par l’hôtel est à court terme (60 jours) et que celui-ci requiert un investissement de 100 000 CHF, l’hôtel pourra décider d’émettre 500 greenvouchers pour une chambre deluxe d’une valeur individuelle de 200 CHF (tarif le plus bas offert), et réservable sur une période de 3 ans.  

 3.2.2 Composition d’un greenvoucher

Le greenvoucher correspond à la contrepartie « exigée » par la plateforme de crowdfunding. Il s’agit du produit « financier » spécialement émis, échangé et acheté sur notre plateforme. Un greenvoucher correspond à une nuitée dans une certaine catégorie de chambre dans l’établissement proposant le projet. La valeur, le nombre, le type et les dates de disponibilité sont des attributs définis par l’hôtel. En d’autres mots le greenvoucher donne droit à un service de « time sharing » hôtelier.

3.2.3 Le donateur

Le donateur, se verra intéressé par « acheter » des greenvouchers pour financer des projets durables et aider à la transition vers une industrie hôtelière plus responsable. Cependant, les personnes aimant voyager pourront aussi être intéressées par cette contrepartie, qui pourrait devenir une alternative à des sites de réservation en ligne. Un donateur aura donc un « portefeuille » de greenvoucher équivalent à du time sharing hôtelier ayant une certaine valeur monétaire. Effectivement, ces donateurs, formant une communauté, pourront s’échanger ces titres acquis ou les revendre à un prix ne dépassant pas celui de l’émission originale. Le donateur ne sera donc soumis à aucun risque par rapport à l’acquisition du greenvoucher et de l’utilisation des services que celui-ci octroie.

3.3 Niveau de rendement et de risques attendus

3.3.1 Rendement perçu

 La plateforme percevra deux sortes de rémunération :

  • HOSP facturera 4% HT à l’hôtel du montant total collecté lors de la levée de fond si l’objectif est atteint pour l’option à court terme ou systématiquement pour l’option à moyen et long terme
  • HOSP facturera 5% le propriétaire du greenvoucher lors de chaque échange ou revente entre les donateurs de la communauté

3.3.2 Risques attendus

Il y a trois risques potentiels identifiés :

  • Le risque lié à la non réalisation du projet lors de la réussite de la levée de Ce risque est pallié par la mauvaise réputation et image de l’hôtel si celui-ci ne devait pas se conformer à la réalisation du projet. CF point 5.2. De plus l’hôtel s’engage contractuellement à la réalisation du projet dans le cas de la réussite de la levée de fond.
  • Le risque lié à la réputation de la propre plateforme s’il y avait plusieurs occurrences de projets éco blanchiment (Greenwashing) consistant à orienter dans fondement réel ses actions marketing et sa communication vers un positionnement écologique.
  • Le risque lié à l’absence de taille critique permettant la survie de la plateforme et directement lié aux nombres de projets postés et le nombre de

3.4 L’aspect législatif

Selon le cours dispensé à l’Haute École de Gestion HES-SO de Genève, dans le cadre du module Finance durable, l’aspect législatif en Suisse concernant le crowdfunding est très avantageux. En effet, la FINMA a réglé la question du financement participatif en fixant certaines règles. Ces règles sont instaurées sur la somme monétaire maximale présente sur le site, sur la notion du temps, et le respect de la législation sur le blanchiment d’argent (LBA). En effet, la somme totale sur le site internet ne doit pas dépasser 1 million CHF à un moment T, cette somme totale déposée sur la plateforme ne doit pas dépasser un maximum 60 jours, et la plateforme doit être affiliée à un organisme d’autorégulation (OAR) pour le contrôle de la LBA.

 

4. INVESTISSEUR TYPE

L’investisseur type combine deux critères essentiels. Une approche responsable du voyage et une croyance dans son rôle d’influence sur le développement durable. L’écotouriste a conscience de son impact sur l’environnement et la société. De ce fait il tend à préférer les hôtels et lieux ayant une RSE et des critères ESG clairement définis. D’un point de vue financier, l’investissement socialement responsable (ISR) est un moyen, pour l’écotouriste, d’investir dans des entreprises dont les pratiques sont compatibles avec leurs valeurs ou celles de leurs clients. L’analyse extra-financière leur permet :

  • D’exclure (approche d’exclusion) de leurs investissements des secteurs d’activités qui ne sont pas en phase avec leurs valeurs morales, ou des entreprises qui font l’objet de controverses parce qu’elles sont coupables de violation des grandes conventions internationales sur l’environnement, le respect des droits humains, etc.
  • D’inclure (approche d’inclusion) dans leurs investissements uniquement des projets en phase avec leurs valeurs C’est sur ce facteur d’inclusion que la plateforme repose son fondement

4.1 Définition du profil d’investisseur

Afin de définir le profil de l’investisseur voyageur nous suivrons les cinq axes définis ci-dessous:

  1. Quel est son âge?
  2. Quelle est sa situation professionnelle?
  3. Quels sont les objectifs personnels?
  4. Quel est son horizon de placement
  5. Quelle est sa sensibilité au risque?

4.2 Motivations et croyances

Il est important de noter que l’investisseur dans le projet durable est avant tout un voyageur responsable. La motivation est donc avant tout le voyage et l’attraction est en conséquence de pouvoir voyager de manière responsable tout en finançant un projet auquel le voyageur/investisseur croit. L’aspect financement apparaît donc comme secondaire dans le processus de réflexion et prise de décision du voyageur.

Le voyageur/investisseur est motivé par ce type de produit car il aura la certitude de réserver non seulement un hôtel qui démontre, de par ses actions, une conscience et activité durable. La possibilité de pouvoir échanger et/ou revendre ses greenvouchers sur la plateforme est un confort supplémentaire permettant non seulement de pouvoir récupérer son investissement original s’il ne pouvait pas voyager aux dates indiquées mais également de savoir que son achat aura une conséquence durable.

 

5.  CRITERES ESG DU PROJET DURABLE

5.1 Définition des critères ESG

Les critères d’admissions et de vérifications pour l’admissibilité du projet durable sur la plateforme seront divisés en quatre parties :

  • Environnementaux
  • Sociaux
  • Gouvernance
  • Économique

Nous nous baserons sur une variante de l’outil « boussoule Bernoise du développement durable » adaptée au secteur de l’hôtellerie. Cet outil est approprié pour l’évaluation des effets de projets de concepts important sur leurs durabilités. Le résultat en est un profil de forces et de faiblesses donnant des informations sur le potentiel d’optimisation du projet ainsi qu’une évaluation globale du point de vue du développement durable. L’hôtel devra remplir lui-même cette variante de la boussole directement en ligne lors de la soumission du projet. Un exemple type de la boussole bernoise est disponible en annexe A.  

Le projet devra démontrer une valeur ajoutée à la mission de l’entreprise et non pas une « simple bonne action. La gouvernance quant à elle sera évaluée selon la méthode du PDCA (plan, do, check, act) conseillé par la norme ISO 26 000.

5.2 Vérification de la réalisation des projets

L’avancement et la réalisation du projet devront être communiqués par l’hôtel à tous les propriétaires de greenvoucher émis pour le projet et aussi communiqué à la plateforme. Dans la mesure du possible, une personne de la plateforme vérifiera la bonne exécution du projet. De plus les donateurs sont encouragés à vérifier la réalisation du projet lors de leur séjour à l’hôtel et de poster leur commentaire sur la plateforme et/ou sur les réseaux sociaux.

 

6. COMMERCIALISATION ET MARKETING

Dans cette section nous allons adresser l’un des points les plus essentiels pour le succès de la plateforme. La commercialisation et le Marketing. Sachant que la plateforme a pour but de mettre en relation des chercheurs de fonds (hôtels) et investisseurs (voyageurs) nous allons décortiquer notre approche commerciale selon La perspective de l’hôtelier, la perspective des investisseurs et la communication.

6.1 Arguments envers les hôteliers

Les arguments pour les hôteliers sont des plus simples :

  • Financement de projets durables que l’hôtel devrait normalement financer avec les modes de financements traditionnels plus cher.
  • Maximiser le taux d’occupation en mettant à disposition des nuitées qui sont difficilement vendables sur les périodes de basse saison
  • Publicité gratuite
  • Attraction de touristes ayant une approche responsable
  • Maximisation des produits annexes de l’hébergement. Par exemple le restaurant, le bar ou autres activités

6.2 Arguments envers l’investisseur

Il est important de définir que l’investisseur est avant un voyageur. Ceci pris en considération les arguments deviennent évidents :

  • Achat de nuitées d’hôtels à des prix imbattables
  • Investissement dans un projet durable auquel le voyageur croit
  • Possibilité d’échanger ou de revendre les nuitées achetées s’il y avait un changement
  • Sentiment de contribution plus profond que s’il investissait dans un projet qu’il ne verrait pas
  • Possibilité de visualiser le projet et de témoigner si ce projet a un impact positif
  • L’investisseur peut devenir acteur du projet en rencontrant les protagonistes du projet

6.3 Communication

Ce type de projet ne peut avoir du succès que s’il est communiqué auprès des investisseurs et des hôtels de manière efficiente et efficace. La plateforme est totalement tributaire du nombre de projets postés ainsi que du nombre de voyageurs/investisseurs. Il faut toutefois différencier la communication avec les deux grandes catégories de parties prenantes : hôtels et investisseurs (société civile).

6.4 Commerciaux

Les commerciaux sont essentiels pour rencontrer les acteurs dans le domaine de l’hôtellerie et de présenter la plateforme mais également de communiquer sur l’impact environnementale et social des structures hôtelières. Le commercial aura pour mission de voyager sur les trois Suisses (Romande, Alémanique et Tessinoise) afin de faire connaître la plateforme. De plus, les hôtels auront aussi un rôle de commerciaux indirect. En effet, la réception et le département marketing auront tout intérêt à communiquer et proposer aux clients présents à l’hôtel d’investir dans ce projet sur la plateforme.

6.5 Publicité

6.5.1 Présenter le site sur les supports de communication

Ce moyen de communication paraît évident mais il est impératif d’intégrer l’URL sur tous les supports de communication : emails, papier à entête, carte de visite, plaquettes commerciales, communiqué de presse.

6.5.2 Optimisation du référencement naturel

Afin que le site soit visible, il est essentiel qu’il soit référencé par google. Pour ce faire, il existe deux techniques bien distinctes mais complémentaires : le référencement naturel et le référencement payant.

  • Optimiser le référencement naturel (SEO), permettra d’établir un marketing en ligne pérenne. En effet, cette technique se construira sur le long terme. L’idée étant bien entendu de positionner celui-ci de manière adéquate selon le profil des investisseurs et des porteurs de projets (hôtels).
  • Le référencement payant (SEA), sera également utilisé dans un premier temps afin de créer des résultats immédiats car il permettra de se positionner dans les premiers résultats de recherche de google et de créer des prises de contacts

6.5.3 Produire du contenu pour un blog

L’un des critères évalués par le robot de Google lors de son classement pour la SERP (résultats de recherche) est le contenu. Ce contenu ce doit d’être pertinent, informatif pour les lecteurs mais également optimisé pour le SEO ainsi que l’intégration de mots-clés stratégiques sur lesquels les investisseurs (Voyageurs) et les porteurs de projets seraient susceptibles de communiquer

6.5.4 Une présence active sur les réseaux sociaux

L’activité sur les réseaux sociaux est probablement le moyen le plus efficace et efficient de créer et communiquer avec une communauté autour d’un centre d’intérêt commun : L’écotourisme et les projets durables. Les réseaux sociaux permettront donc de développer une notoriété en ligne. Les réseaux sociaux qui seront les plus utilisés seront Linkedin, facebook, Twitter et instagram. L’idée étant bien entendu de cibler les investisseurs potentiels ; les écotouristes.

 

7. PERSPECTIVES D’EVOLUTION

7.1 Blockchain

Afin de faciliter les échanges de la communauté inscrite sur notre plateforme, la création d’une blockchain pourrait être envisagée. Cette dimension serait judicieuse pour les échanges et les reventes au sein de la communauté d’acheteur de greenvouchers mais aussi pour l’utilisation des services attribués aux greenvouchers. Finalement, elle pourrait permettre l’échange d’informations concernant l’avancement des projets financés entre l’hôtel, la plateforme et la communauté. Ceci permettrait de rendre transparent et traçable toutes transactions tout en maintenant un niveau de sécurité élevé et une « pression » sur l’hôtelier pour la réalisation de son projet durable.

7.2 Globalisation du projet

Les recherches primaires confirment que la Suisse offre une base saine pour lancer la plateforme. Toutefois la viabilité de la plateforme prend tout son sens dans un contexte globale. En effet, de nombreux pays n’offrent pas un système bancaire permettant un financement simple et peu onéreux pour le développement d’un projet durable. Le tourisme écologique est en forte croissance et de nombreuses facilités d’hébergement tels que les écolodges, écogites, écohôtels, campings jouent la carte des ESG pour différencier leur offre.

Afin que la plateforme atteigne une masse critique, elle se doit d’exporter ce savoir-faire sur les marchés étrangers, en Europe, en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Les avantages pour la plateforme sont :

  • Répartition du risque : tous les pays ou régions n’ont pas les mêmes cycles économiques et/ou de saisonnalité. Par conséquent, une présence dans différents pays ou régions, permet d’une part d’équilibrer son portefeuille d’activités et d’autre part d’apporter une alternative aux moyens traditionnels de financement.
  • Saturation du marché domestique : les opportunités de projets écologiques peuvent rapidement être saturés dans le marché domestique Suisse.
  • Economies d’échelle : en agrandissant la taille du marché Suisse vers un marché couvrant les autres continents, les économies d’échelles peuvent devenir substantielles. Permettant un échange et une revente des greenvouchers plus facile par le nombre potentiel de touristes.
  • Capitaliser sur une spécificité nationale : bon nombre de pays sont reconnus hors des frontières pour leur savoir-faire ou niveau qualitatif élevé. La Suisse fait partie de ce pays qui ont une aura très positive à l’étranger. Ceci donne une crédibilité supplémentaire au projet.

 

8. CONCLUSION

Comme cité lors de la présentation de l’évaluation, nous prônons la vision E.Freeman qui considère la participation de toutes les parties prenantes. Cette vision nous a mené à mettre en relation les deux parties prenantes les plus importantes dans le secteur de l’hôtellerie ; le client ayant le rôle de l’investisseur et l’hôtel ayant le rôle de porteur de projet durable.

La plateforme de financement participatif ainsi que ses contreparties fixes, les greenvouchers, répondent parfaitement aux besoins des investisseurs aimant le voyages et désirant participer à la transition économique, écologique et sociale des hôtels. Elles répondent aussi aux demandeurs d’investissements ; le parc hôtelier, en apportant une solution aux problèmes rencontrés lors du financement d’un projet durable respectant les critères ESG, aux chambres invendues durant l’exercice et aux importantes commissions reversées aux OTAs.

Cette plateforme permettra, en effet, d’augmenter le nombre de nuitées annuelles tout en augmentant le chiffre d’affaire annexes de l’hôtel ; d’engendrer des bienfaits environnementaux et sociaux grâce au projet durable financés sur la plateforme ; d’améliorer l’image de l’hôtel et de réduire le niveau de commissionnement. En effet, les émissions de greenvouchers par les hôtels favorisent la levée de fonds pour des projets durables et représentent un produit financier nouveau permettant des réservations se définissant, de par leur nature, comme du time sharing hôtelier. Ces greenvouchers composeront un portefeuille à gérer sur notre plateforme.

Cette nouvelle méthode de financement durable et de réservation en ligne permettra de donner un nouvel essor à l’industrie hôtelière et touristique.

Finalement, en tant qu’hôtelier et en tant que voyageurs confirmés, nous pensons que ce projet mérite d’être sérieusement développer car tous les indicateurs démontrent que celui-ci est concrètement réalisable à un niveau global.


Notes de bas de page dans l’ordre d’apparition

1 étude de l’office du tourisme. https://www.bfs.admin.ch/bfsstatic/dam/assets/1347710/master

2 GastroSuisse. https://www.gastrosuisse.ch/fileadmin/PDF-Downloads_offen/Guide_BPHR.pdf

3 étude du groupe hôtelier Accor. https://www.accorhotels.com/fr/sustainable-development/index.shtml

4 magazine tourmag. https://www.tourmag.com/Booking-vs-hoteliers-les-nouveaux-engagements-sont-ils- vraiment-gagnant-gagnant_a73561.html

5 http://databank.worldbank.org/data/reports.aspx?source=worldwide-governance-indicators

6 http://www.robecosam.com/images/Country_Ranking_Update_October_2017.pdf

7 http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/tend/CHE/fr/EN.ATM.CO2E.PC.html

8 https://www.eea.europa.eu/soer-2015/countries/switzerland

 

e. lourenco e. bustamante // 28.05.2018

Comments are closed.

print