Les économies gagneraient à maximiser les ressources humaines disponibles, estime Stephanie Kelly d’Aberdeen Standard Investments.

Partager